Tesla, General Motors et Ford s’engagent à créer des respirateurs artificiels pour les hôpitaux

CORONAVIRUS Jaguar ou encore Toyota font également partie des constructeurs qui ont proposé de créer ces dispositifs médicaux

20 Minutes avec agence

— 

Un respirateur artificiel
Un respirateur artificiel — Peter Kovalev/TASS/Sipa USA/SIPA

Pour contrer le problème lié au manque de respirateurs artificiels dans les hôpitaux, plusieurs constructeurs automobiles ont fait part de leur volonté de fabriquer des respirateurs artificiels ce mercredi, rapporte le média spécialisé Electrek.

Le premier à avoir évoqué l’idée est Mary Barra, la dirigeante de General Motors. Elle a déclaré ce mercredi qu’elle souhaitait faire en sorte que les espaces vides de ses usines servent à fabriquer des respirateurs artificiels, dans le cadre d’une « mobilisation de type Seconde Guerre mondiale ».

La fabrication n’est cependant pas si simple

À la suite de cette première annonce, le PDG de Tesla, Elon Musk, a de son côté déclaré que son entreprise « fabriquera des respirateurs en cas de pénurie ». Le célèbre constructeur américain Ford s’est aussi dit prêt à aider le gouvernement américain de diverses manières, dont celle qui consisterait à fabriquer des respirateurs artificiels si les hôpitaux venaient à en manquer.

Dans le même temps, au Royaume-Uni, le gouvernement a lancé un appel aux constructeurs automobiles pour la fabrication de ces dispositifs. Jaguar, Toyota ou encore Rolls Royce ont d’ores et déjà fait part de leur volonté à aider le pays si nécessaire. En revanche, selon un professeur d’ingénierie, la fabrication de ce type d’appareil n’est pas si évidente, précise Presse-Citron.

En France, si aucun constructeur automobile n’a proposé de fabriquer des respirateurs artificiels, le groupe LVMH s’est toutefois engagé à fabriquer du gel hydroalcoolique en grande quantité. Enfin, des entreprises, notamment dans la mode, ont décidé de se lancer dans la confection de masques de protection.