Coronavirus en France : Les dons en chute libre, l’Etablissement français du sang appelle à l’aide

EPIDEMIE Le confinement fait planer la menace d’une absence des donneurs. L’EFS rappelle que donner son sang est toujours possible

Camille Allain

— 

La maison du don, à Rennes, a vu sa fréquentation baisser ces derniers jours. L'Etablissement français du sang s'inquiète.
La maison du don, à Rennes, a vu sa fréquentation baisser ces derniers jours. L'Etablissement français du sang s'inquiète. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Le confinement lié à l’épidémie de coronavirus fait craindre une baisse du nombre de dons du sang.
  • Lundi, l’Etablissement français du sang a noté une baisse de 30 % du nombre de dons.
  • Le don du sang demeure pourtant autorisé et vital pour les malades, surtout en cette période de confinement.

Oui, vous pouvez donner votre sang. Et oui, vous pouvez sortir de chez vous pour le donner. A moins que vous ne présentiez des symptômes suspects, bien entendu. Au lendemain des annonces de confinement général prononcées par Emmanuel Macron pour limiter la propagation du coronavirus, l’Etablissement français du sang tente de rassurer. Lundi, alors que le confinement se profilait, le nombre de dons a chuté de 30 % en France. « Depuis deux semaines, on était plutôt sur une baisse de 10 % », témoigne Bruno Danic, directeur de l’antenne bretonne de l’EFS installée à Rennes.

Dans la région, traditionnellement généreuse pour donner son sang, l’inquiétude plane depuis plusieurs jours déjà. La fermeture des universités, des lycées et de nombreuses entreprises a mis un sérieux coup d’arrêt aux transfusions. « Ces collectes mobiles représentent 75 à 80 % de nos réserves », précise le directeur de l’EFS. Les « maisons du don » gérées par l’EFS qui complètent ce dispositif apportent moins d’un quart des besoins des hôpitaux.

Le ralentissement de l’activité chirurgicale annoncé par Emmanuel Macron va bien contribuer à réduire la demande en sang. Mais ces actes exceptionnels ne représentent que 20 % des besoins. « Le reste va aux malades du cancer, aux personnes victimes de maladies du sang ou aux opérations chirurgicales d’urgence. C’est pour eux qu’il est vital de se mobiliser ». Pour justifier leur sortie, les donneurs n’ont qu’à se munir de leur attestation de déplacement dérogatoire et préciser qu’ils vont porter assistance aux personnes vulnérables.

En plus de rassurer la population, l’Etablissement français du sang doit aussi convaincre les maires de la nécessité de maintenir les collectes prévues dans leur commune. D’après nos informations, plusieurs opérations ont été annulées en France en raison de l’épidémie de coronavirus, mais aucune en Bretagne.

Les réserves sont à renouveler en permanence

Les plaquettes peuvent être conservées sept jours et les globules rouges, quarante-deux jours. Les réserves sont actuellement de trois jours pour les plaquettes et de dix à quatorze jours selon les groupes sanguins. « Mais on commence à s’inquiéter pour le O », confie un personnel hospitalier rennais à 20 Minutes. « Nous vivons une situation inédite qui nécessite une vraie prise de conscience. Mais cela ne met pas en danger les patients pour l’instant », assure Bruno Danic. Pour l’instant.