Coronavirus : Comment le CHU de Montpellier suit les patients confinés à l'aide d'une application

SANTE D'autres hôpitaux en France pourraient être bientôt équipés de ce logiciel

Nicolas Bonzom

— 

Au CHU de Montpellier (illustration)
Au CHU de Montpellier (illustration) — MALAFOSSE/SIPA
  • L’application MHLink permet aux patients confinés d’être suivis à distance par des médecins. Ce logiciel a été adapté par le CHU de Montpellier au coronavirus.
  • Il permet au patient de notifier quotidiennement leur état de santé, et de poser des questions à l’équipe soignante, qui peut répondre par écrit ou en vidéo.

En pleine crise du coronavirus, comment soulager les équipes soignantes dans les hôpitaux ? Depuis une dizaine de jours, le CHU de Montpellier, dans l'Hérault, utilise l'application MHLink. Elle permet de suivre à distance les patients atteints par le Covid-19, confinés chez eux, et dont l’état de santé ne nécessite pas une hospitalisation. Pour l’instant, 80 malades en bénéficient à Montpellier.

Déjà adopté par les médecins dans cet hôpital héraultais, ce petit logiciel en ligne, développé par l’entreprise toulousaine MHComm, a été adapté le temps d’un week-end aux spécificités du virus, dans le département des maladies infectieuses.

« Rassurer les patients »

Disponible depuis un ordinateur ou un smartphone (Androïd ou IOS), cette application permet aux patients restés à domicile de remplir quotidiennement un questionnaire qui mesure l’évolution de leur état de santé, de poser des questions à l’équipe soignante, qui peut, en retour, envoyer des informations et des conseils, par écrit ou en vidéo. Les médecins reçoivent aussi des alertes, si la personne confinée n’a pas mis à jour son état de santé, ou si les réponses aux questions montrent une évolution de la maladie.

« Ce sont des patients qui ne nécessitent pas d’hospitalisation, donc l’impact sur les capacités hospitalières est minime, indique ce mardi la direction de l’hôpital de Montpellier à 20 Minutes. Mais cela permet de désengorger l’équipe de suivi du département des maladies infectieuses et tropicales, qui n’a pas besoin d’appeler quotidiennement tous les patients pour actualiser leur état de santé. La priorisation des personnes à rappeler est faite en fonction de leurs réponses aux questionnaires. »

« Cela permet de stratifier quotidiennement le niveau de risque du patient, explique Emmanuel Sicard, le président et fondateur de la société MHComm, qui a créé cette application. C’est un lien numérique, pour être au plus des patients, les rassurer. » L’entreprise est en discussions avec d’autres hôpitaux, en Occitanie, mais aussi ailleurs, en Nouvelle-Aquitaine ou en Guadeloupe, pour équiper les médecins de l'application.