Journée du sommeil : Couverture lestée, métronome lumineux… On a testé des objets qui promettent de mieux dormir

FAIS DODO A l’occasion, ce vendredi, de la Journée internationale du sommeil, « 20 Minutes » a testé plusieurs objets qui promettent de nous faire retrouver un sommeil plus confortable et réparateur

Anissa Boumediene

— 

Et si un oreiller ou un métronome lumineux vous aidait à mieux dormir?
Et si un oreiller ou un métronome lumineux vous aidait à mieux dormir? — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA
  • Ce vendredi a lieu la Journée internationale du sommeil, une problématique majeure puisque plus d’un Français sur trois souffre de troubles dans ce domaine.
  • Stress et mauvaise literie sont autant de facteurs troublants la sérénité de nos nuits.
  • 20 Minutes a donc testé plusieurs objets qui promettent de retrouver un sommeil de meilleure qualité, sans avoir besoin de changer de lit.

Dormir comme un bébé. D’une traite. Puis se réveiller frais et reposé après une bonne nuit de sommeil. Beaucoup d’envieux en rêvent. Mais en cas de literie fatiguée, d’oreiller trop mou, de stress ou encore de conjoint ronfleur, dormir du sommeil du juste devient mission impossible. En pratique, près de trois Français sur quatre (73 %) déclarent se réveiller au moins une fois par nuit, et plus d’un tiers des Français (36 %) ont des troubles du sommeil, selon des chiffres de l'Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).

Toutefois, en changeant quelques accessoires (et quelques mauvaises habitudes) dans sa chambre, de petits investissements peuvent avoir de grands effets. A l’occasion, ce vendredi, de la Journée internationale du sommeil, 20 Minutes a testé pour vous oreillers, couverture et autres objets qui promettent de meilleures nuits.

Un oreiller ergonomique

Au pays des oreillers, le monde se divise en deux catégories : ceux qui peuvent s’en passer (comment faites-vous ?), et ceux qui en ont absolument besoin pour dormir. Mais là encore, les goûts – et l’investissement – varient. Carré, rectangulaire, moelleux, ferme, synthétique, en plumes ou à mémoire de forme : l’oreiller est devenu un objet très sophistiqué. Il en existe même des modèles connectés, voire climatisés. Alors, si votre oreiller premier prix vous met les cervicales en vrac, opter pour une version plus « quali » peut changer vos nuits. Le secret : l’ergonomie, avec des modèles conçus pour être les plus adaptés possible à notre corps et à nos positions de sommeil. La marque Confort ID propose ainsi l’oreiller Pillo ID, développé par un médecin ostéopathe, personnalisable en fonction de sa morphologie. Il se compose d’un cœur triangulaire en mousse à mémoire de forme, à choisir selon le type de soutien que l’on préfère (de très moelleux à très ferme), abrité par deux poches juxtaposées dont on peut moduler le contenu pour obtenir la hauteur souhaitée. Idéal pour soutenir et soulager les cervicales quand on a des épaules très larges, que l’on dort avec deux oreillers empilés et que l’on souffre de maux de dos. Un investissement qui vous coûtera 115 euros.

Et si l’on est du genre à emporter son oreiller partout avec soi, on peut opter pour un oreiller qui se plie à toutes les envies de dormir. Le Recovery Pillow Blackroll est tout petit et pratique, avec ses dimensions de 50 x 30 cm : il peut être roulé facilement et transporté dans sa trousse nomade pour dormir confortablement où que l’on soit. Avec des côtés de formes différentes et son creux qui accueille le crâne, on peut l’adopter, que l’on aime dormir sur le dos, sur le ventre ou sur le côté : la tête et le cou sont toujours bien soutenus. En pratique, on a l’impression de reposer sa tête sur une brioche moelleuse, grâce à sa mousse à mémoire de forme respirante qui le rend extrêmement confortable, particulièrement pour les petits gabarits. Un modèle certifié OEKO-TEX, commercialisé au prix de 89,90 euros.

Un surmatelas pour dormir comme sur un nuage

Matelas raplapla, qui a fait son temps, ou bien dur comme une planche ? Que l’on ait un lit un peu fatigué ou au contraire, que l’on se soit laissé tenter par un matelas que l’on trouve finalement trop ferme, faute de pouvoir casser la tirelire pour changer de lit, on peut retrouver du confort en s’offrant un surmatelas. A l’instar du modèle de la marque Eve, composé de deux couches de mousse : l’une « ultra-résiliente » et l’autre à mémoire de forme, avec une épaisseur totale de 5 cm. Un modèle aux matériaux hypoallergéniques respirants qui dissipe la chaleur du corps et évacue l’humidité, promettant des réveils frais et un sommeil réparateur.

En pratique ? La différence se sent instantanément, surtout si on souffre de l’inconfort d’un matelas vieillissant ou trop dur. On se couche ici sur une nouvelle épaisseur de volupté, sur laquelle les points de pression du corps sont soulagés. Parfait pour ceux qui rêvent de dormir comme sur un nuage. Cocorico, ce surmatelas est fabriqué en France. A partir de 149 euros, selon la taille de son matelas.

Une couverture lestée pour déstresser

Métro, boulot, peur du coro(navirus) et dodo : la routine quotidienne baignée de stress ne veut pas toujours du bien à notre sommeil. Alors que nombreux sont celles et ceux qui rêvent pourtant dormir à nouveau comme un bébé. Et si la clé était là ? Retrouver la sensation oubliée – ou jamais encore expérimentée – des bébés soigneusement emmaillotés qui s’endorment en un clin d’œil. Comment ? Avec une couverture lestée, comme celle proposée par la marque WakeUpSerenity, et qui est fabriquée dans le sud de la France. L’actrice Lena Dunham a testé le concept, alors on s’est dit qu’on voulait nous aussi tenter l’aventure. Le principe : le poids de la couverture active des points de pression permettant de secréter de la sérotonine, l’hormone de la bonne humeur, et de la mélatonine, hormone du sommeil.

Au premier essai, la sensation surprend : la couverture est lourde. Vraiment lourde : entre 6 et 10 kg selon le modèle (à choisir en fonction de votre poids). Rien avoir avec le petit plaid en polaire dans lequel on se pelotonne sur le canapé. Pour autant, il n’y a pas un effet de brique qui vous plombe. Le poids est réparti de manière uniforme sur toute la couverture grâce à des microbilles de verre à haute densité. Le tout recouvert d’un tissu au toucher velours doux comme un doudou de bébé. On se sent enveloppé, comme serré dans des bras qui vous câlinent. De quoi apaiser et se laisser porter vers un sommeil serein. Pour se l’offrir, il vous en coûtera 167 euros.

Un boîtier qui aide à mieux respirer pour favoriser l’endormissement

A ressasser les tracas de la journée, penser à sa réunion du lendemain, ou scroller frénétiquement sur les réseaux sociaux, on peut vite se retrouver à 2h du matin comme une pile, sans parvenir à trouver le sommeil. Evidemment (mais on ne le fait pas), les écrans ne devraient pas avoir leur place dans notre lit : ils déclenchent « l’effet sentinelle », et créent une insomnie d’hypervigilance. C’est pourquoi nous ne parlerons pas aujourd’hui des dispositifs promettant un meilleur sommeil et qui requièrent l’utilisation d’un smartphone. Toutefois, pour ceux qui aiment se reposer sur des objets high-tech pour rejoindre les bras de Morphée, il en existe un qui aide à débrancher. Il répond au doux nom de Dodow, et permet de se concentrer sur sa respiration pour favoriser un endormissement plus rapide.

Comment ça marche ? Ce petit boîtier rond se place sur sa table de chevet. Tactile, on l’effleure et il lance un programme de 8 minutes. Là, ce métronome lumineux entre en action et permet de ralentir son rythme de onze à six respirations par minute, de ralentir le métabolisme et ainsi de s’endormir plus vite. En pratique : en position allongée sur le dos, on se focalise sur le halo lumineux généré par le boîtier. On inspire quand la lumière gagne en intensité et on expire quand elle faiblit. Sans même s’en rendre compte, notre rythme respiratoire ralentit pour permettre une détente physiologique. De plus, en se concentrant sur ses inspirations et expirations, on ne pense plus à rien. Et un esprit qui ne cogite plus est un esprit qui s’endort plus vite ! Un dodo pour un Dodow, qui vous coûtera 49,90 euros.