Coronavirus : La vitamine C guérit ou prévient cette maladie ? Attention à cette affirmation

FAKE OFF Un médecin américain soutient qu’une famille en Chine n’a pas été contaminée car elle prenait cette vitamine. Aucune étude ne montre actuellement que sa prise seule empêcherait une contamination

Mathilde Cousin

— 

Un médecin prépare un échantillon d'une personne soupçonnée d'être infectée par le coronavirus, à Genève, le 10 mars.
Un médecin prépare un échantillon d'une personne soupçonnée d'être infectée par le coronavirus, à Genève, le 10 mars. — Salvatore Di Nolfi/AP/SIPA
  • Un médecin américain a rapporté qu’une femme chinoise aurait survécu au Covid-19 en prenant de la vitamine C.
  • Aucune étude ne montre actuellement que la prise seule de vitamine C peut guérir ou prévenir cette maladie.
  • Cette demande de vérification nous a été envoyée par un lecteur. ​

L’OMS le martèle : il n’existe pas actuellement de preuves que des traitements existants puissent prévenir ou guérir le Covid-19. Pourtant, des sites et des posts relayés sur les réseaux sociaux affirment que l’administration de vitamine C « protège » du coronavirus. A l’origine de cette idée, une vidéo d’un médecin américain, vue plus de 250.000 fois depuis sa mise en ligne, le 2 mars. Richard Cheng y explique avoir été contacté par la fille d’une femme atteinte par le Covid-19 à Wuhan, en Chine. Cette dernière, âgée de 71 ans, aurait survécu et ses proches n’auraient pas été contaminés. La prise de vitamine C est la source de cette guérison et de ces non-contaminations, assure Richard Cheng.

Sur son site, Richard Cheng se décrit comme le fondateur d’un centre spécialisé contre le vieillissement et la perte de poids.

FAKE OFF

Existe-t-il un traitement contre le coronavirus ?

Comme expliqué plus tôt, il n’existe pas, à l’heure actuelle, de traitement pour prévenir ou soigner le covid-19, souligne l’OMS. L’organisation « ne recommande pas l’automédication avec tout type de médicaments, y compris des antibiotiques, pour prévenir ou guérir » cette maladie. Les traitements actuels visent à soulager les symptômes.

Pour se prévenir du coronavirus, l’OMS rappelle de se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou avec une solution hydroalcoolique, d’éternuer dans le pli du coude, d’utiliser des mouchoirs jetables et de les jeter immédiatement après usage, et enfin de maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes.

A quoi sert la vitamine C ?

La vitamine C joue un rôle important pour notre organisme : antioxydante, elle favorise également la cicatrisation ou l’assimilation du fer, rappelle l’Anses. Une carence en vitamine C peut causer le scorbut. A l’inverse, un excès de vitamine C « peut entraîner des maux d’estomac, des diarrhées, des calculs rénaux », souligne l’Anses.

La dose recommandée pour les adultes est de 110 mg par jour, selon l’Anses. Une alimentation équilibrée, avec des fruits et des légumes, couvre ces besoins, avance le service de santé britannique. Dans sa vidéo, Richard Cheng explique que la fille de la personne malade aurait consommé 20 grammes par jour par voie orale, soit près de 182 fois la dose recommandée par l’Anses. La mère contaminée aurait quant à elle consommé environ 10 grammes par jour, soit environ 91 fois la dose recommandée.

Toutefois, « les intestins ont une capacité limitée à absorber la vitamine C, explique l’école pour la santé publique d’Harvard. Des études ont montré que l’absorption de vitamine C diminue à moins de 50 % quand des doses supérieures à 1.000 mg (soit 1 gramme) sont prises. »

La vitamine C peut-elle aider le système immunitaire à combattre certaines maladies ?

Un essai clinique vient de débuter aux Etats-Unis pour injecter des doses de vitamine C en intraveineuse à des patients atteints par le coronavirus. « Aucun résultat n’a encore été posté », rappelle Peter McCaffery, professeur de biochimie à l’université d’Aberdeen, au site The Conversation. « Bien que cette approche puisse augmenter l’effet protecteur léger de la vitamine C, cela reste hypothétique, et l’injection intraveineuse comporte ses propres risques, comme l’infection, l’endommagement des vaisseaux sanguins, l’embolie aérienne ou les caillots sanguins », ajoute-t-il.

Une étude publiée le 1er mars dans le Journal chinois des maladies infectieuses évoque la prise de vitamine C pour les patients atteints par le coronavirus. Ces injections sont recommandées à des doses bien inférieures à celles qu’évoque Richard Cheng : 100 à 200 mg par jour pour les patients les plus malades. Ces injections ont été faites en complément d’une batterie de traitements. Difficile, donc, d’attribuer une éventuelle guérison de ces patients à la seule vitamine C.

L’idée d’injecter de la vitamine C en intraveineuse n’est pas nouvelle : dans les années 1970, trois médecins l’avaient fait auprès de personnes atteintes du cancer. Les résultats de ces études sont aujourd’hui invalidés en raison d’importants problèmes de méthodologie. Il est également souvent avancé que la prise de vitamine C réduirait la durée du rhume. Une nouvelle revue d’études, repérée par Le Figaro, a conclu en 2018 que cette vitamine a un « impact minimal ou peu d’impact » sur ce point.

Cette demande de vérification nous a été envoyée par un lecteur. Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.