Coronavirus : Plus d’un Français sur quatre envisage de ne pas voter aux municipales par crainte du Covid-19

EXCLUSIF Depuis l’apparition du virus sur le territoire, les Français redoutent de plus en plus le Covid-19, et certains changent leurs habitudes quotidiennes pour le tenir à distance

Anissa Boumediene

— 

Près d'un Français sur trois pourrait bouder les urnes lors des prochaines élections municipales par crainte de contracter le coronavirus.
Près d'un Français sur trois pourrait bouder les urnes lors des prochaines élections municipales par crainte de contracter le coronavirus. — RAPHAEL BLOCH/SIPA
  • A deux semaines du premier tour des élections municipales, 28 % des Français envisagent de ne pas aller voter par crainte des risques de transmission du Covid-19, selon les résultats du sondage Ifop pour Charles.co, publié en exclusivité par « 20 Minutes ».
  • L’enquête révèle également que plus d’un Français sur quatre a fait des réserves de nourriture ou de gel hydroalcoolique à cause de l’épidémie de Covid-19.
  • Pour autant, les trois quarts des Français n’ont pas modifié leurs habitudes en matière d’hygiène, et ne se lavent pas plus les mains qu’auparavant.

Des écoles fermées, des salariés confinés, des voyages annulés. Et aucun moyen de se procurer du gel hydroalcoolique ou des masques de protection. Alors que la France n’est encore qu’au stade 2 du plan de gestion du coronavirus, tout le monde ou presque a peur du Covid-19. La crainte n’est pas injustifiée : à ce jour, selon le dernier bilan, plus de 105.000 cas et plus de 3.500 morts sont imputables à ce virus qui sévit désormais dans 98 pays du globe. Une crise sanitaire mondiale qui inquiète dans l’hexagone, où l’on recense pour l’heure plus de 1.100 de cas confirmés et 19 décès dus au Covid-19. Des chiffres qui font de la France le deuxième pays le plus affecté par ce virus en Europe, après l’Italie dont le nord a été placé en quarantaine, et le cinquième le plus touché dans le monde. De quoi pousser certains Français à modifier leurs habitudes au quotidien ?  Selon les résultats du sondage Ifop pour Charles.co publié en exclusivité par 20 Minutes*, plus d’un Français sur quatre pourrait bouder les urnes lors des élections municipales par peur des risques de transmission du coronavirus.

Sorties évitées et stocks constitués

Alors que le coronavirus progresse en France, et que des milliers de familles sont confinées chez elles, certains Français laissent s’exprimer le survivaliste qui est en eux en constituant des stocks. Ainsi, plus d’un Français sur cinq (26 %) a rempli son panier de riz, pâtes et autres conserves, mais aussi de gel hydroalcoolique et de masques, quand il y en avait encore de disponibles. Une tendance qui explique que les flacons de solution pour se laver les mains sans eau soient aujourd’hui introuvables en magasins ou en pharmacies, et que des rayons entiers de supermarchés soient vides.

Faut-il se ruer sur ces produits à cause de l’épidémie qui progresse ? Ou la France a-t-elle basculé dans un état collectif de psychose ? « Il existe une série d’analyses effectuées lors des épidémies précédentes – H1N1, chikungunya ou encore Zika – qui démontrent que lorsqu’une épidémie démarre, le niveau d’inquiétude de la population est à son niveau maximum, décrypte Jocelyn Raude, enseignant-chercheur en psychologie sociale de la santé et des maladies infectieuses à l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP). Dans ce contexte, il y a coexistence d’une minorité qui surréagit à la situation, et d’une majorité qui est plutôt dans un état d’esprit attentiste face à la situation. Cette minorité en surréaction va avoir un comportement incohérent, faire des réserves de produits de base alors que le risque de pénurie est totalement écarté ». De sorte que si des rayons de pâtes ou de riz sont vides, « cela relève seulement de la prophétie auto réalisatrice ».

Plus d’un Français sur quatre prêt à ne pas aller voter aux municipales
Mais la peur de certains ne se limite pas au besoin de remplir ses placards. A moins d'une semaine du premier tour des élections municipales, nombre de Français pourraient bouder les urnes par crainte du Covid-19. Plus d'un Français sur quatre (28 %) envisage ainsi de ne pas aller voter aux prochaines élections municipales à cause des risques de transmission du coronavirus. Ce qui représente entre 6 à 8 millions d’électeurs qui pourraient bouder les urnes à cause du virus, sur les 44,3 millions d’inscrits en France métropolitaine.

« On peut aujourd’hui considérer que nous sommes proches du pic de l’épidémie de peur liée au coronavirus, explique Jocelyn Raude. Une peur qui n’est d’ailleurs pas proportionnelle au nombre de personnes infectées par le virus. Très vite, ces comportements excessifs diminuent. Mais pour l’heure, il y a encore beaucoup de facteurs non connus liés au Covid-19 », rappelle le chercheur. De quoi pousser certains à modifier leurs habitudes. Ainsi, un quart des Français (25 %) a déjà évité de se rendre dans des lieux publics pour des loisirs ou des achats à cause du coronavirus, selon les résultats de notre sondage. Bars, salles de sport et restaurants asiatiques comptent parmi les lieux les plus évités.

« En psychologie, deux facteurs jouent un rôle sur le sentiment de peur, expose Jocelyn Raude. L’inconnu d’abord, qui est anxiogène : c’est notamment ce que l’on observe dans le Morbihan, où se trouve l’un des foyers épidémiques du virus, et dont on ignore pour l’heure qui est le patient zéro. Le second facteur, c’est le sentiment de contrôle, qui, lui, rassure. Si on a le sentiment que l’on peut contrôler son environnement et les facteurs infectieux, alors la peur diminue, comme c’est le cas pour tous ceux qui ont fait des réserves de nourriture, de gel hydroalcoolique et de masques ». Ou qui évitent certains lieux publics.

Mais il n’y a pas plus de vigilance sur les mesures d’hygiène

Le message est martelé à longueur de journée : pour tenir le coronavirus à distance, lavez-vous les mains (un conseil qui a l’avantage d’être valable aussi pour la grippe, la gastro et les autres maux de l’hiver qui traînent en ce moment). Pour autant, il semblerait que la psychose associée au coronavirus n’ait pas particulièrement poussé les Français à renforcer les mesures d’hygiène conseillées par les autorités sanitaires. Ainsi, aujourd’hui, 72 % des Français se lavent les mains en sortant des toilettes, contre 71 % fin janvier, avant que le coronavirus ne fasse sa première victime en France. Et aujourd’hui, seuls 4 Français sur 10 (42 %) pensent à se couvrir la bouche avec leur bras ou un mouchoir lorsqu’ils toussent ou éternuent. Dans la même veine, les trois quarts des Français (75 %) continuent à serrer la main aux inconnus pour se présenter, et plus de neuf sur dix (91 %) font toujours la bise à leurs proches.

Comment expliquer que les Français ne fassent pas preuve de plus de vigilance sur les mesures d’hygiène ? « Nous n’avons pas en France une culture microbiologique très développée, répond le chercheur en psychologie sociale. Beaucoup pensent ainsi que l’on attrape un rhume à cause du froid. Il n’y a pas forcément une large conscience que l’on véhicule des milliers de bactéries – dont des agents pathogènes – sur nos mains, car on est ici dans le domaine de l’invisible. Cela explique en partie pourquoi, malgré l’épidémie, beaucoup ne se lavent pas plus les mains qu’avant, se serrent la main ou en se font la bise ». Ça, et un état d’esprit très Français : « nous avons une certaine culture du stoïcisme par rapport aux maladies infectieuses, souligne Jocelyn Raude. Nombreux sont celles et ceux qui iront tout de même travailler s’ils éprouvent les symptômes d’un état grippal, là où, au Japon, le port du masque sera immédiatement adopté pour éviter de contaminer son entourage ». Pourtant, ce sont précisément ces mesures qui permettent de limiter au maximum la propagation des virus, dont, bien sûr, le Covid-19.

* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne le 5 mars 2020.