VIDEO. Coronavirus : Que signifierait un passage au stade 3 dans le plan de lutte contre l’épidémie ?

EPIDEMIE La France est, pour l’instant, dans le stade 2 de son plan de lutte contre le Covid-19. Elle pourrait passer au stade supérieur en cas d’une circulation active du virus sur l’ensemble du territoire

Clément Boutin

— 

Un médecin de famille porte un masque lors d'une consultation dans le Morbihan.
Un médecin de famille porte un masque lors d'une consultation dans le Morbihan. — Loic VENANCE
  • L’Hexagone est dans la phase 2 de son plan de lutte contre le coronavirus.
  • Selon Emmanuel Macron, la France est entrée « dans une phase qui va durer des semaines, et même sans doute des mois ».
  • En cas de passage à la phase 3 de son plan, le gouvernement pourrait s’appuyer sur des mesures énoncées en 2011 pour lutter contre une pandémie grippale.

« Nous sommes rentrés dans une phase qui va durer des semaines, et même sans doute des mois ». Mardi, lors d’une visite du centre opérationnel qui coordonne la gestion de la crise du coronavirus, Emmanuel Macron s’est voulu rassurant. Le président a assuré que la France ne devrait pas immédiatement passer à la phase 3 de son plan de lutte contre le Covid-19. Mais, face au nombre de cas qui augmente chaque jour, il semble tout de même « peu probable » qu’elle échappe au stade de l’épidémie, a souligné mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a rapporté l’AFP.

Le pays est, pour l’instant, dans la phase 2. Cela signifie concrètement qu’il n’existe « pas de circulation active du virus, mais seulement des cas sporadiques », explique un guide méthodologique de « préparation au risque épidémique Covid-19 », disponible sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé. Ces foyers sont « pris en charge individuellement dans le cadre d’un parcours de soins sécurisé avec identification et surveillance de leurs contacts ». « Des clusters [des foyers de contamination] peuvent apparaître et font l’objet de mesures de prise en charge spécifiques », est-il ajouté.

Pour passer au stade 3, il faut qu’il y ait « une circulation active du virus sur l’ensemble du territoire », explique la direction générale de la Santé à 20 Minutes. On passerait alors d’une stratégie d’endiguement à une stratégie d’atténuation. Concernant les mesures que prendrait le gouvernement en cas de passage au stade supérieur, celles concernant le système de santé sont en partie divulguées dans le guide méthodologique du ministère des Solidarités et de la Santé. Celles concernant la population se rapprocheraient, quant à elles, des mesures énoncées dans le Plan de prévention et de lutte rédigé en 2011 en cas de pandémie grippale. « Il s’agit d’une base que le gouvernement adaptera à la spécificité du coronavirus », confirme la direction générale de la Santé.

Une mobilisation de l’ensemble des établissements sanitaires

Le stade 3, ou stade épidémique, imposera tout d’abord « la pleine mobilisation du système de santé dans toutes ses composantes (médecine de ville, établissements de santé et établissements médico-sociaux) », peut-on lire dans le guide méthodologique de « préparation au risque épidémique Covid-19 ».

L’ensemble des établissements sanitaires « doivent pouvoir participer au diagnostic et à la prise en charge des patients Covid-19, de même que les établissements médico-sociaux doivent monter en charge : être en capacité de repérer les patients Covid-19 et mettre en œuvre des mesures d’isolement dans leur établissement si nécessaire », assure le ministère des Solidarités et de la Santé dans ce document. En complément des établissements de santé, les professionnels de santé libéraux, les services de soins à domicile et les services d’aide à domicile pourront également être mobilisés.

Le passage à une stratégie d’atténuation signifiera aussi que les patients peu graves seront maintenus à domicile « tant que leur état clinique le permet ». « Ce dispositif de maintien à domicile visera à ne pas saturer les capacités d’hospitalisation des établissements de santé et permettra de réserver les ressources des établissements de santé aux cas les plus graves », poursuit le guide.

Fermeture des établissements d’enseignement

Pour la population, plusieurs mesures dites « barrières » sont énoncées dans le plan rédigé par le gouvernement en 2011 en cas de pandémie grippale. Elles concernent la fermeture graduelle des crèches et des établissements d’enseignement, d’abord pour ceux dans des endroits isolés, puis à l’échelle territoriale, et enfin à l’échelle nationale.

Les mesures prennent aussi en compte la protection de populations spécifiques. Le gouvernement peut restreindre les visites dans les établissements d’hébergements collectifs, fermer les structures accueillant des mineurs et mettre en place des structures d’accueil spécifique pour personnes sans domicile fixe grippées.

Le gouvernement demanderait également, en cas de stade 3, une limitation des déplacements non essentiels et suspendrait éventuellement certains transports en commun. Une restriction des grands rassemblements et des activités collectives est, enfin, envisagée.