Toulouse: Des chercheurs disent pourquoi nos intestins nous font souffrir (et comment faire pour que ça aille mieux)

SCIENCES Des scientifiques toulousains ont publié une étude sur le mécanisme du syndrome de l'intestin irritable, en particulier sur les aliments qui l'aggravent comme l'oignon ou le blé

Julie Rimbert
Illustration de douleurs abdominales.
Illustration de douleurs abdominales. — CLOSON/ISOPIX/SIPA
  • 5 à 10 % de la population française souffre du syndrome de l'intestin irritable (SII), qui se  manifeste par des ballonnements, un mal de ventre et des troubles du transit.
  • Des chercheurs toulousains ont découvert que l'alimentation joue un rôle dans cette pathologie.
  • Le lactose et un régime riche en sucres complexes augmentent la douleur viscérale.

Ils sont 5 à 10 % des Français à souffrir régulièrement de cette pathologie digestive chronique, qui se manifeste par des ballonnements, un mal de ventre et des troubles du transit : le syndrome de l’intestin irritable (SII).

Des chercheurs de L'Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, de l’ Ecole d’ingénieurs de Purpan et du Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, ont publié dans la revue Gastroenterology les résultats de leurs travaux menés durant cinq ans. Ils ont ainsi découvert que certains aliments, comme les oignons ou le blé, pouvaient favoriser le SII.

Rôle de l’alimentation

« Les personnes qui souffrent de SII consultent régulièrement à cause des douleurs abdominales, ce qui a un coût économique direct et indirect, souligne Hélène Eutamène, directrice adjointe de recherche à l’école d’ingénieurs de Purpan. Le stress ou des épisodes post-infectieux sont des facteurs déclenchant mais nous avons aussi mis à jour dans notre étude des facteurs nutritionnels, notamment un ensemble de petits sucres fermentescibles par le microbiote intestinal présent dans plusieurs aliments ». Le rôle de l’alimentation sur le SII joue un rôle important puisque 60 % des patients associent leurs douleurs à l’ingestion de certains aliments.


Appelés FODMAPs, ces petits sucres sont contenus dans certains fruits et légumes, légumineuses et produits laitiers. Chez les personnes souffrant de SII, les régimes faibles en sucre sont efficaces car ils diminuent la production de gaz dans l’intestin. Les scientifiques se sont donc intéressés à deux métabolites produits par le microbiote intestinal à partir de lactose et d’un sucre-complexe.

Ail et asperges

« Nous avons constaté que ces petits sucres créent des produits issus de la fermentation par le microbiote intestinal qui ont un effet secondaire sur le bien-être digestif, explique Hélène Eutamène. Le lactose et le régime riche en sucre complexe augmentent la douleur viscérale. La consommation d’aliments comme du blé, des oignons, des petits pois, de l’ail ou des asperges, ainsi que les produits laitiers, est susceptible de donner des douleurs abdominales aux patients SII ».

Le lactose dégradé par le microbiote intestinal peut donc provoquer en cascade les symptômes du SII. Un régime alimentaire bien équilibré est donc indispensable pour ces patients. Cette étude ouvre la piste à d’autres travaux de recherche pour trouver des solutions susceptibles de diminuer la production de métabolites toxiques générés par la flore intestinale.