Coronavirus dans le Pas-de-Calais : Les salariés d’Arc International privés de bise

SANTE L’entreprise Arc International interdit à tous ses collaborateurs de se faire la bise pour empêcher la propagation du coronavirus

Margaux Menu

— 

Un personne avec un masque pendant l'épidémie de Coronavirus en Italie.
Un personne avec un masque pendant l'épidémie de Coronavirus en Italie. — Miguel MEDINA / AFP

« Il vaut mieux prévenir que guérir », voilà un dicton que l’entreprise Arc International, dont le siège social est basé à Arques, dans le Pas-de-Calais, semble avoir pris au mot. Dans un contexte de névrose due au coronavirus, la firme outrepasse les recommandations du gouvernement en matière de sécurité sanitaire.

Le leader mondial des arts de la table et de la verrerie est particulièrement attentif à l’évolution de l’épidémie du covid-19. Au point de déclencher ce qu’ils appellent le « Niveau 1 » d’un plan de prévention, que 20 Minutes a pu consulter.

Des mesures outrepassant consignes du gouvernement

Sans l’appui du gouvernement, le groupe a pris les devants et invite ses collaborateurs à « cesser de se serrer la main et de se faire la bise ». La direction impose également aux chauffeurs extérieurs « un masque chirurgical à porter obligatoirement et en permanence tout au long de leur présence sur le site ». Masques qui devront être « systématiquement détruits après leur départ ».

Des mesures qui peuvent paraître radicales au vu de la faible présence du virus en France et des recommandations de l’Etat. Le gouvernement déclare sur le site officiel dédié au coronavirus que « le port de ce type de masque par la population non malade et n’ayant pas voyagé dans une zone touchée par le virus n’est pas recommandé et son efficacité n’est pas démontrée ».

Le plan de prévention de l’entreprise comporte deux autres niveaux encore gardés confidentiels. Contactée par 20 Minutes, la direction d’Arc International n’a pas donné suite.