Coronavirus dans l’Oise : Le professeur décédé et le personnel civil infecté ne se sont pas rendus dans des zones « à risque »

CORONAVIRUS Un enseignant de l’Oise est mort du coronavirus et un personnel civil du ministère des Armées du même département est hospitalisé dans un état critique

Mikaël Libert

— 

Le 24 février 2020, en gare de Perrache à Lyon, où en raison d'une suspicion de coronavirus, les passagers d'un car venant d'Italie ont été confinés quelques heures.
Le 24 février 2020, en gare de Perrache à Lyon, où en raison d'une suspicion de coronavirus, les passagers d'un car venant d'Italie ont été confinés quelques heures. — J. Laugier/ 20 Minutes

Ce mercredi, en début d’après midi, les autorités sanitaires ont tenu une conférence de presse en préfecture de l’Oise, à Beauvais, après la mort d’un homme dans la nuit de mardi à mercredi des suites d’une contamination au coronavirus. La victime était un enseignant d’un collège de Crépy-en-Valois dans l’Oise. Un autre homme, personnel civil du ministère des Armées affecté sur la base de defense de Creil, toujours dans l’Oise, a été hospitalisé en réanimation dans un état critique à Amiens.

Etienne Champion, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS), a commencé par confirmer les deux cas de contamination au coronavirus dans les Hauts-de-France. Il a ajouté que ces deux personnes ne se sont pas rendues dans des zones considérées « à risque » et que, de fait, l’origine de leur contamination est soumise à investigation.

Des investigations lancées dans l’entourage des deux cas avérés

Une cellule de crise a été mise en place et d’autres investigations sont en cours, notamment auprès des familles et des proches de ces deux personnes contaminées. Outre l’entourage, ce sont aussi les patients et les soignants des établissements hospitaliers dans lesquels se sont rendus ces deux hommes qui seront contactés par les autorités sanitaires.

Etienne Champion précise que le professeur de collège de Crépy-en-Valois, premier patient français décédé du coronavirus, était en arrêt maladie depuis le 12 février. Ainsi, selon lui, seules les personnes qui ont été en contact avec lui entre le 12 et le 25 février et présentant des symptômes sont susceptibles d’être concernées par le coronavirus. Ce laps de temps correspond en effet à la période d’incubation du virus.

De son côté, la rectrice de l’académie d’Amiens, Stéphanie Dameron, ajoute que l’établissement où enseignait la victime est actuellement fermé en raison des vacances scolaires. Sa réouverture, prévue normalement lundi, est soumise à évaluation.

De manière plus générale, le préfet du département, Louis Le Franc, a annoncé l’ouverture d’une ligne téléphonique locale d’information au 03.20.30.58.00. Il a aussi ajouté qu’il n’était pas prévu à ce jour d’annuler les vols à en provenance d’Italie à l’aéroport de Beauvais.

En fin d’après-midi, mercredi, l’ARS a décidé de la fermeture pour une durée de 14 jours, du service réanimation de l’hôpital de Creil. C’est en effet dans ce service que le professeur de collège, aujourd’hui décédé, avait séjourné quelques jours avant d’être transféré à Paris.