Coronavirus : Plus de masques dans les pharmacies de Menton, mais pas vraiment de psychose

A LA FRONTIERE ITALIENNE Dans cette ville limitrophe de la Ligurie, les officines ont été dévalisées mais les festivités de la Fête du citron ne sont pour le moment pas perturbées

Fabien Binacchi

— 

Les pharmacies ont été dévalisées
Les pharmacies ont été dévalisées — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Menton est la première ville française après la frontière italienne, limitrophe de la Ligurie.
  • Dans cette commune des Alpes-Maritimes, les pharmacies n’ont plus de masques respiratoires en stock.
  • Les festivités de la Fête du citron ne sont pour le moment pas menacées.

« Masques en rupture », « Maschere terminate ». Sur les devantures des pharmacies de Menton, on préfère annoncer la couleur directement, y compris en italien : les officines ont été dévalisées. « Nous n’avons plus rien », confirme dans l’une d’entre elles un responsable visiblement agacé par les allées et venues des journalistes depuis que l’Italie toute proche fait face à une multiplication des cas de nouveau Coronavirus.

Pourtant dans les rues de Menton, première ville de France après la frontière, pleine de touristes à l’occasion de la 87e édition de la Fête du citron, la psychose n’était pas vraiment palpable. Il était même très difficile de rencontrer ces fameux porteurs de masque ce lundi. Malgré deux bonnes heures passées à arpenter la commune.

« Moi je cherche à en acheter pour les mettre quand je suis à Vintimille [la ville qui jouxte Menton côté italien] où je travaille. Ici, je n’en ressens pas encore le besoin », expliquait Fabrice, à la sortie d’une pharmacie. Ceci expliquant peut-être cela.

« Certains pensent peut-être que le virus va s’arrêter à la frontière »

Les deux villes sont pourtant voisines. « Certains pensent peut-être que le virus va s’arrêter à la frontière », lâche Claire, croisée à la sortie de la gare mentonnaise. Elle est la seule que 20 Minutes aura vu avec un masque plaqué sur le visage.

« Je n’ai tout simplement pas envie de tomber malade, raconte l’ancienne interne en médecine. En Asie, c’est un acte totalement banal, je ne comprends pas qu’on ne soit pas plus nombreux à en utiliser ici. Je trouve le gouvernement français bien trop laxiste contre ce virus. » Lundi, la préfecture des Alpes-Maritimes a annoncé la mise en place de mesures sanitaires contre le Coronavirus mais pas de contrôles renforcés à la frontière.

La Fête des citrons maintenue « pour le moment »

Ni l’annulation des festivités, et notamment la Fête du citron, « pour le moment ». « Celle-ci est maintenue pour le prochain week-end, mais pourra faire l’objet d’une annulation si la situation sanitaire se dégradait », explique la mairie de Menton.

Les festivités ne sont pas annulées pour le moment
Les festivités ne sont pas annulées pour le moment - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

En attendant, les visiteurs continuent à arpenter le « jardin des lumières », l’espace où sont exposés les chars recouverts d’agrumes. « Je n’ai pas peur, je préfère profiter de mon séjour », confie sur place Stella, venue tout droit de Londres en famille.

Les services de l’Etat dans le département ne font pour le moment pas état de cas confirmés, après trois suspicions écartées lundi. « Dans le cadre du suivi du coronavirus Covid-2019 et au titre de leurs relations transfrontalières, les préfets d’Imperia [la province limitrophe, en Ligurie] et des Alpes-Maritimes sont convenus de se tenir mutuellement informés » et « à ce stade, aucun cas confirmé n’a été recensé » d’un côté comme de l’autre, indiquait la préfecture azuréenne ce mardi matin.