Valenciennes : L’intelligence artificielle permet aux urgences de l’hôpital de prédire l’avenir

INNOVATION Le centre hospitalier utilise un algorithme unique en France qui anticipe à une semaine les flux de patients qui seront admis aux urgences

Mikaël Libert

— 

Les urgences de l'hôpital de Valenciennes.
Les urgences de l'hôpital de Valenciennes. — Centre hospitalier de Valenciennes
  • L’hôpital de Valenciennes expérimente un logiciel d’intelligence artificielle.
  • Le programme prédit les flux de patients des urgences à une semaine.
  • L’outil permet d’anticiper et ainsi d’éviter l’engorgement du service.

Une gestion intelligente. Depuis la fin de l’année 2019, le centre hospitalier de Valenciennes, dans le Nord, expérimente un logiciel qui a révolutionné l’organisation du service des urgences, voire de l’établissement dans sa globalité. Grâce à l’intelligence artificielle (IA), le personnel peut anticiper les flux de patients jusqu’à une semaine avec une redoutable fiabilité. Explications.

Une des principales missions de Rodolphe Bourret, le directeur général de l’hôpital de Valenciennes, est de parcourir le monde afin de chiner des innovations à mettre en place dans son établissement. C’est dans ce cadre qu’il a découvert Calyps, une société suisse spécialisée dans le traitement de données pour la grande distribution.

Des données, beaucoup de données

« Pour adapter leur savoir-faire au domaine de la santé, il fallait une combinaison de données internes suffisante qui permette de faire de la prospective. C’est le cas aux urgences », explique Rodolphe Bourret. Et ça tombe bien parce que le problème est national : « Ces services sont soumis à des flux aléatoires difficiles à maîtriser parce qu’ils sont fonction de nombreux facteurs hétérogènes comme la météo, les événements sportifs ou culturels, les épidémies, le trafic routier… », poursuit le directeur général.

Mais le problème est aussi une partie de la solution. « Toutes ces données sont disponibles. Elles sont agrégées à nos données internes sur l’historique des urgences dans un logiciel qui prédit les flux de patients des urgences à sept jours avec un taux de fiabilité de 85 % », s’enthousiasme Rodolphe Bourret. A 48h de la prédiction, la fiabilité grimpe même à 95 %. Les informations du logiciel sont envoyées directement sur une application installée sur les smartphones des urgentistes. Ils peuvent ainsi gérer les priorités en temps réel en fonction de l’activité prévue.

Ajuster les équipes pour éviter la mise en tension

Selon la direction de l’hôpital, les avantages sont nombreux, notamment en termes de gestion du personnel. « Cela nous permet d’ajuster les équipes pour que le service ne soit pas en tension comme il l’était souvent avant l’expérimentation et cela réduit donc aussi le temps d’attente pour les patients », assure le directeur de l’établissement. Selon lui, l’algorithme influence aussi la réorganisation globale de l’hôpital : disponibilité des lits, stocks de médicaments, places en blocs opératoires…

Pour autant, le logiciel ne sait pas (encore) prédire les pathologies, même si certaines commencent à être intégrées par l’IA : « On peut déjà anticiper les flux pour de la cardio, de la gastro et même les admissions de patients de plus de 75 ans. En revanche, il y aura toujours cette part importante de bobologie que l’on ne pourra pas anticiper », déplore Rodolphe Bourret. Pour cela, il compte plutôt sur l’intelligence des personnes que sur celle d’un programme.