Royaume-Uni : 90.000 préservatifs illégaux et non conformes saisis depuis 2018 par les autorités sanitaires

SORTEZ (BIEN) COUVERTS Les autorités sanitaires britanniques recommandent aux utilisateurs de vérifier la conformité des préservatifs et leur date de péremption

20 Minutes avec agence

— 

Un préservatif (illustration).
Un préservatif (illustration). — iStock / City Presse

Santé et sécurité avant tout ! En 2018 et 2019, 90.000 préservatifs non conformes ont été interceptés par les autorités sanitaires au Royaume-Uni. L’Agence de régulation des Médicaments et des Produits Sanitaires (MHRA) était en charge des saisies, rapporte The Guardian.

La conformité des produits à la norme européenne n’avait pas été établie, leur date limite d’utilisation était dépassée ou la signalétique obligatoire ne figurait pas sur les emballages. En 2018, pas moins de 87.500 préservatifs ont été découverts en une seule fois lors d’une opération menée par la police aux frontières.

Des précautions de base à prendre

En 2018, les préservatifs étaient les articles non conformes les plus fréquemment saisis par la MHRA, devant les seringues et les tests auto-administrés. Les saisies ont été réalisées dans le cadre de Pangea, un programme lancé par Interpol dans 116 pays. Il a abouti à l’arrestation de 859 personnes et à la récupération de près de 11 millions de livres (environ 13 millions d’euros) de marchandises dans le monde entier.

Face à ce phénomène, les autorités sanitaires demandent au public de prendre certaines précautions. Il est par exemple recommandé de vérifier que les dispositifs médicaux portent la mention CE ou BSI, qu’ils ne sont pas périmés et que l’emballage est intact. Il est par ailleurs déconseillé de stocker les préservatifs de manière prolongée dans une poche, un portefeuille ou un sac.