Lyon : Une première pierre pour faire de la ville le centre mondial de lutte contre le cancer

RECHERCHE Le CIRC, centre international de recherche sur le cancer, qui bénéficiera de nouveaux locaux à Lyon dans deux ans, veut se positionner comme le leader mondial dans ce domaine

Caroline Girardon

— 

Le CIRC, centre international de la recherche sur le cancer, disposera de nouveaux locaux à Lyon en 2022.
Le CIRC, centre international de la recherche sur le cancer, disposera de nouveaux locaux à Lyon en 2022. — Demathieu Bard – Art & Build Architectes – Unanime Lyon Architectes – WSP – Indiggo

Un acte symbolisant « une nouvelle ère ». La première pierre du futur bâtiment du CIRC, centre international de recherche sur le cancer a été posé ce jeudi matin dans le quartier de Gerland à Lyon. Ce nouveau centre de 15.000 mètres carrés (dont 1.500 mètres carrés de laboratoires) devrait ouvrir ses portes en 2022 et compte désormais se positionner comme le « leader mondial » de la recherche sur le cancer.

« Il deviendra un espace d’accueil des scientifiques de renommée mondiale, des expériences et des projets innovants », expliquent les porteurs du projet, ajoutant que le bâtiment accueillera également des conférences et événements grand public.

9.6 millions de décès dans le monde en 2018 liés au cancer

Le CIRC a été créé en 1965 par l’organisation mondiale de la santé (OMS), il est rattaché à l’Organisation des nations unies (ONU). Son siège historique a été implanté à Lyon en 1972.

« Les locaux montraient toutefois des signes clairs de vétusté qui ont conduit à la décision d’un déménagement dans une construction nouvelle, plus moderne et fonctionnelle », explique la métropole de Lyon. Les futurs bâtiments seront réalisés au cœur du « Biodistric » qui concentre déjà la plupart des institutions et acteurs économiques et industriels de la filière sciences du vivant, comme Sanofi-Pasteur, Merial, le cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes et le laboratoire P4.

Le coût du projet est évalué à 51,6 millions d’euros. Au niveau mondial, un décès sur six est dû au cancer, soit 9,6 millions en 2018. Ce qui en faisait la deuxième cause de mortalité dans le monde selon l’OMS. Un chiffre qui devrait passer à 16,4 millions en 2040, toujours selon l’OMS.