PMA : L’infertilité masculine, ce tabou qui retarde la prise en charge des couples

PARENT Pour la moitié des couples hétérosexuels en PMA, le problème vient de l'homme qui souvent est diagnostiqué tard

Oihana Gabriel

— 

Illustration de mains d'un père et son bébé.
Illustration de mains d'un père et son bébé. — Pixabay
  • Quand on parle de PMA, les regards se tournent souvent vers la femme, pourtant dans la moitié des cas, c'est l'homme qui est en question. 
  • Malheureusement, par peur ou manque d'information, certains hommes découvrent tard qu'ils auront des difficultés à procréer. 
  • Mais cette prise en charge centrée sur la femme commence à évoluer. 

Et si c’était lui ? Alors qu’un couple sur sept en France rencontre des difficultés pour avoir un enfant, un gros tabou retarde ou complexifie parfois le parcours de PMA déjà ardu, celui entourant l’infertilité masculine. Déni ou manque d’informations, beaucoup d’hommes ne se sentent pas concernés quand on parle infertilité. Pourtant les études montrent que contrairement aux préjugés, pour 50 % des couples en PMA, c’est l’homme qui est à l’origine des difficultés du couple à concevoir.

« Beaucoup ne pensent pas à la dimension mec »

Quand Elodie* s’est lancée avec son compagnon, Nicolas, dans la grande aventure de la parentalité à 40 ans, elle pensait que tous les feux étaient au vert. « J’avais une réserve ovarienne très élevée, contrôlée régulièrement depuis mes 30 ans. Ce qui est fou, c’est que je ne me suis jamais posé la question de si lui, ça n’allait pas… » Et les médecins ne l’ont pas aidée à s’interroger non plus. Au bout de deux ans d’essais, le couple consulte. Et découvre, rapidement, que Nicolas est stérile. « On nous met tellement en tête le tic-tac de l’horloge biologique que beaucoup de femmes ne pensent pas à la dimension mec. D’autant que les hommes ne voient pas régulièrement un urologue, à la différence des femmes suivies par un gynécologue. »

Pour elle, ce tabou se manifeste dans les regards gênés des amis quand son compagnon parle de sa stérilité et dans les regards des médecins qui la visent. « Souvent, les hommes ont l’impression d’être transparents pendant les consultations médicales », renchérit Virginie Rio, co-fondatrice du collectif Bamp, qui accompagne les personnes en parcours de PMA. « Il y a du sexisme des deux côtés : les femmes sont les coupables désignées et les hommes sont mal détectés et peu accompagnés, on leur propose plus rarement qu’aux femmes un suivi psychologique par exemple », conclut Elodie. 

Pourquoi ce tabou ?

Un tabou qui a plusieurs explications. Pour certains hommes qui ont déjà du mal à évoquer leurs difficultés dans la vie, détailler la mauvaise qualité de leur sperme ressemble à un aveu d’échec. « Pas mal d’hommes confondent virilité et fertilité, alors que ça n’a rien à voir, tranche Marika Donadieu-Mallion, médecin spécialiste de la fertilité. Certains refusent de faire un spermogramme ou considèrent que ça ne peut pas venir d’eux. » « Quand on leur parle de spermogramme anormal, ils ont l’impression que ça les dévirilise, qu’on évoque des troubles de l’érection, renchérit Charlotte Methorst urologue à l’hôpital Foch (Hauts-de-Seine). Ils ont peur d’en parler et d’être stigmatisés. »

Si beaucoup de ces hommes taisent leur tristesse, c’est souvent parce qu’ils culpabilisent. « Beaucoup des adhérents du collectif expliquent qu’ils se sentent coupables parce qu’ils "imposent" à leur femme des traitements », complète Virginie Rio. En effet, en parcours de FIV, même lorsque la patiente ne présente aucun problème, c’est elle qui va subir les piqûres d’hormones, prises de sang, rendez-vous médicaux, ponctions et autre joyeusetés…

Autre explication, côté recherche cette fois, « la FIV avec micro-injection intracytoplasmique (ICSI) a révolutionné l’assistance médicale à la reproduction dans les années 1990, car il suffit d’injecter un seul spermatozoïde dans l’ovocyte, dévoile François Olivennes, gynécologue spécialiste de la fertilité. Mais cette solution miracle a mis à l’arrêt la recherche sur l’infertilité masculine. »

Une évolution récente

Progressivement, le voile se lève sur cette question. « Cela fait des dizaines d’années qu’on s’intéresse à l’infertilité chez la femme, mais l’intérêt chez l’homme est beaucoup plus récent, mais exponentiel dans les publications », assure Rachel Lévy, chef du service de biologie de la reproduction de l’hôpital Tenon à Paris. Emboitant le pas à la recherche, les médecins affinent la prise en charge. « Pendant des années, on traitait les femmes et pas les hommes, regrette François Olivennes. Heureusement, aujourd’hui, un bilan masculin est presque systématiquement prescrit en parcours de PMA. » Et le changement ne viendrait pas seulement du corps médical… « Globalement, j’ai l’impression que les jeunes hommes ont moins de mal à parler d’infertilité », nuance Virginie Rio, du collectif Bamp.

Une baisse drastique de spermatozoïdes

Tant mieux, car la pénurie de spermatozoïdes n’a rien d’un fantasme. Une étude publiée dans Human Reproduction dévoilait en 2017 que le nombre de spermatozoïdes a diminué en moyenne de moitié entre 1973 et 2011, aux États-Unis, en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Reste à savoir comment combattre cette chute vertigineuse… Les causes ne sont pas clairement établies, mais l’évolution de notre hygiène de vie (au hasard le tabac, l’alcool, la sédentarité, l’obésité, la malbouffe….) et de notre environnement (pollution, perturbateurs endocriniens, stress, ondes des téléphones…) revient régulièrement sur le tapis. D’où l’intérêt de faire tomber ce tabou pour améliorer la prévention.

« Quand il y avait le service militaire, certains hommes avec des pathologies testiculaires étaient dépistés très tôt, souligne Charlotte Methorst, urologue. Mais ce n’est qu’une toute partie de l’infertilité masculine. Aujourd’hui, quand on va dans les collèges pour parler sexualité, peut-être faudrait-il insister sur le fait que le tabac, le cannabis et l’alcool sont hyper néfastes pour la spermatogenèse qui se déroule pendant l’adolescence. »

* Les prénoms ont été changés.