Coronavirus : Des Français rapatriés de Wuhan placés en quarantaine à Carry-le-Rouet

CORONAVIRUS Des ressortissants français rapatriés de la ville de Wuhan, principal foyer d’infection du coronavirus, vont être mis en quarantaine dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet

A.M.

— 

La température corporelle des passagers est prise dans les avions pour éviter la propagation du Coronavirus. (Illustration).
La température corporelle des passagers est prise dans les avions pour éviter la propagation du Coronavirus. (Illustration). — Kirill Kukhmar/TASS/Sipa USA/SIPA

La nouvelle risque d’inquiéter les 6.000 habitants de Carry-le-Rouet. Des ressortissants français rapatriés de la province de Wuhan, principal foyer d’infection du Coronavirus, vont être placés en quarantaine dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône, confirme la mairie à 20 Minutes après une information de France Bleu Provence.

14 jours de confinement

« Le centre de vacances dispose de 400 places mais on ne sait pas combien de personnes seront accueillies. Ce sont les services de l’Etat qui nous ont imposé ça », explique une source interne à la mairie. Les gens, qui ne présentent pas de symptômes, seront « placés par famille dans des chambres distinctes », précise le préfet de la région PACA Pierre Dartout. « Le cahier des charges était assez clair, (il fallait) un lieu agréable » et « un endroit où il y avait suffisamment de place », a dit le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Ils devront prendre leur température et porter des masques.

Un autre site à Aix-en-Provence, l’École nationale supérieure des officiers sapeurs-pompiers (Ensosp), pourrait également accueillir, ultérieurement, certains ressortissants français, confirme la mairie à 20 Minutes après une information de La Provence. « Ce site a été choisi en termes de confinement. Il y a un confinement naturel des lieux, il est à l’écart et le site comprend une piste d’atterrissage. Les étudiants repartent chez eux dès ce [jeudi] soir », détaille la mairie.

Le préfet a refusé de confirmer ou d’infirmer cette information, laissant entendre que le centre aixois pourrait être utilisé pour d’autres arrivées : « Tout dépendra du nombre de personnes qui arriveront. » Selon la Commission européenne, un second vol est prévu « plus tard dans la semaine. »