VIDÉO.Toulouse : Que vous soyez jeune ou vieux, vous pouvez aider les chercheurs à ralentir le temps

APPEL A VOLONTAIRES Quel âge avez-vous vraiment ? Une étude inédite, au long cours, sur le vieillissement démarre sous la houlette du Gérontopôle de Toulouse qui rechercher un millier de volontaires, de tous âges

Hélène Ménal

— 

Le Gérontopôle de Toulouse recherche un millier de volontaires pour une étude au long cours sur le vieillissement. Illustration
Le Gérontopôle de Toulouse recherche un millier de volontaires pour une étude au long cours sur le vieillissement. Illustration — Michel Gile - Sipa
  • INSPIRE est une vaste étude, chapeautée par le Gérontopôle du CHU de Toulouse, qui consiste à déterminer l’âge biologique réel des personnes.
  • Le but est d’identifier les marqueurs biologiques du vieillissement et de trouver d’éventuels traitements préventifs ou curatifs pour vieillir en bonne santé.
  • Pour cela, le centre de Recherche du Gérontopôle recherche 1.000 volontaires, de 30 à 100 ans, qui seront scrutés et suivis pendant dix ans.
  • 20 Minutes a suivi Jean-Louis lors de sa première journée de volontaire pour cette course contre le temps.

Doudoune marron, parapluie rouge, allure décidée du marcheur invétéré. En ce matin bruineux à Toulouse, Jean-Louis, 79 ans, pénètre dans la Cité de la Santé, sous le Dôme de l’hôpital La Grave. On lui dit « souvent » qu’il ne fait pas son âge. Mais le temps le rattrape. « Depuis deux ans, il peut m’arriver d’oublier des noms », confie-t-il. Et son rendez-vous du jour est justement destiné à déterminer son âge réel. Pas celui de l’état civil mais son âge biologique.

Jean-Louis est un des précieux grains de sable, un parmi mille, qui va aider les chercheurs du programme INSPIRE, piloté par le Gérontopôle du CHU de Toulouse (et ses partenaires fondateurs : l’Inserm, le CNRS et l’Université Toulouse 3 – Paul-Sabatier), à devenir les maîtres des horloges. Cette vaste étude, qui va durer dix ans, vise à identifier les « marqueurs biologiques » du vieillissement, de manière à comprendre pourquoi nous sommes inégaux face aux ravages du temps. Et à faire profiter à tous des secrets de jouvence des plus « robustes », ceux dont ont dit avec une pointe de jalousie qu’ils ne prennent pas une ride.

« Nos deux objectifs majeurs sont de travailler sur le vieillissement en bonne santé et le maintien des capacités intrinsèques définies par l’Organisation mondiale de la Santé, autrement dit la mémoire, la mobilité, l’audition, la vision, l’alimentation et l’humeur », détaille Sophie Guyonnet, la praticienne qui pilote le projet au centre de recherche du Gérontopôle, avec le Pr Bruno Vellas et le Dr Pierre-Jean Ousset. . Avec comme étalon de luxe, cette cohorte inédite de 1.000 volontaires que Jean-Luc vient d’intégrer en deux jours, presque sur un coup de tête.

Un test de «lever de chaise » réussi en 9 secondes

Le Toulousain vient de passer son premier check-up complet, d’une demi-journée, auquel il devra se soumettre une fois par an pendant dix ans. Entre un petit-déjeuner et un déjeuner sur place, on lui a prélevé du sang, des cheveux, on a mesuré l’élasticité de sa peau. Catherine Takeda, la gériatre de l’équipe, a testé en huit minutes ses fameuses capacités intrinsèques. Elle lui a chuchoté des mots pour déterminer s’il est dur de la feuille et Jean-Louis a remarquablement performé au « lever de chaise », en se levant et se rasseyant 5 fois en neuf secondes. « Le record, c’est à combien ? », a-t-il tenté. « C’est à 14 secondes qu’il faut s’inquiéter », a répondu la gériatre.

Jean-Louis, un volontaire de 79 ans, passe les premiers tests de l'étude INSPIRE sur le vieillissement.
Jean-Louis, un volontaire de 79 ans, passe les premiers tests de l'étude INSPIRE sur le vieillissement. - H. Menal - 20 Minutes

Ce test, universel, il devra le reproduire chez lui, tous les quatre mois, et entrer ses résultats soit sur son carnet de bord papier, soit, à partir de février, sur son appli smartphone. Et si un déclin est identifié dans un domaine, Jean-Louis sera pris en charge immédiatement pour tenter au plus vite d’inverser la tendance. C’est du donnant-donnant. Il aide le Gérontopôle à compléter sa « collection biologique », « anonymisée » et en échange, il bénéficie d’un suivi de santé aux petits oignons. « J’aime l’idée de participer à une étude médicale et c’est aussi rassurant d’être suivi sous tous les angles », résume-t-il.

Le Gérontopôle se donne deux ans pour réunir ses 1.000 volontaires (lire encadré), de 30 (bientôt 20) à 100 ans. Que vous soyez à l’université ou en maison de retraite, il ne tient qu’à vous de rejoindre Jean-Louis dans cette course contre le temps.

Volontaires

Si vous avez entre 30 et 100 et ivous voulez vous porter volontaires ou recueillir des informations complémentaires sur l’étude, vous pouvez joindre Lauréane Brigitte au 05 61 77 7004 (brigitte.l@chu-toulouse.fr) ou Agathe Milhet au 05 61 77 71 15 (milhet.a@chu-toulouse.fr)