Le stress favorise bien la poussée de cheveux blancs, soutient une étude

RECHERCHE Des chercheurs brésiliens et américains ont mené des expériences sur des souris au pelage sombre, dont les poils ont blanchi après avoir été soumis à du stress répété

20 Minutes avec agence

— 

Illustration cheveux blancs
Illustration cheveux blancs — sipa

Pour conserver la couleur de ses cheveux, mieux vaut ne pas subir trop de stress. Celui-ci est en partie responsable de l’arrivée prématurée des cheveux blancs, selon une étude des chercheurs des universités de Sao Paulo (Brésil) et de Harvard (Etats-Unis) publiée dans la revue Nature ce mercredi.

En réalisant des expériences sur des souris aux poils de couleur foncée, soumises à un stress intense, celles-ci sont devenues complètement blanches en quelques semaines, relaie la BBC. La vieillesse n’est donc pas le seul critère occasionnant le changement de couleur des cheveux.

Un traitement bientôt en cours ?

L’apparition de cheveux blancs est stimulée par la partie du système nerveux qui gère la respiration et les battements du cœur. À la suite de la sécrétion de noradrénaline, les cellules-souches pigmentaires se voient excessivement stimulées. Or, ce sont ces cellules, à la base des follicules, qui produisent le pigment des cheveux. En cas de stress répété, les cellules disparaissent de façon permanente. L’effet est radical sur la pigmentation capillaire.

« L’impact néfaste du stress que nous avons découvert a dépassé ce que j’avais imaginé », explique le professeur Ya-Chieh Hsu, coauteur de l’étude. « Après seulement quelques jours, toutes les cellules-souches qui régénéraient les pigments ont été perdues », a détaillé l’auteur à la BBC. Elle ajoute que, une fois que ces cellules ont disparu, la régénération du pigment n’est plus possible.

L’équipe de chercheurs souhaite aller plus loin dans l’étude du phénomène. Elle souhaiterait imaginer un traitement pour les humains, qui permettrait de « stopper ou inverser l’aspect négatif du stress », conclut la chercheuse.