Lens : Le projet de nouvel hôpital validé après 8 ans de tergiversations

SANTE Il aura fallu près de 10 ans et une grosse rallonge de subventions pour concrétiser le dossier

Mikaël Libert

— 

Le futur hôpital de Lens.
Le futur hôpital de Lens. — 20 Minutes
  • L’idée de reconstruire l’hôpital de Lens a été lancée en 2012.
  • Le projet a pris du retard, notamment à cause de la création des groupements hospitaliers de territoires.
  • L’Etat a presque doublé sa subvention dont le montant est désormais de 192 millions d’euros.

Tout vient à point… Mi-janvier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le versement d’une subvention supplémentaire pour la construction du nouvel hôpital de Lens, dans le Pas-de-Calais. Un peu moins de cent millions d’euros, dont une grande partie servira à combler les pertes financières accumulées ces dernières années.

La première fois que l’idée a été évoquée de construire un nouvel hôpital à Lens, c’était en 2012. Préparer la reconstruction de l’ancien édifice, vieillissant, était alors l’une des principales missions du directeur de l’époque, fraîchement nommé par l’Agence régionale de santé (ARS), Edmond Mackowiak. Finalement, les choses vont assez vite et, en janvier 2016, un projet d’architectes est retenu. Quelques mois plus tôt, l’Etat avait annoncé « une subvention à hauteur de 102 millions d’euros pour un budget global de 280 millions au départ », se souvient Thierry Daubresse, président du conseil de surveillance du CHR de Lens.

Un retard plutôt bénéfique finalement

Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu par la suite. « Le projet a pris deux ans de retard en raison de la complexité des procédures, mais surtout à cause de la construction des groupements hospitaliers de territoires », poursuit-il. Au lieu de se cantonner au périmètre de Lens, le nouvel hôpital devenait établissement pivot pour le groupement hospitalier Lens-Béthune-Hénin-La Bassée. « Le projet a dû revoir son ambition à la hausse, pas en termes de taille, mais plutôt en termes d’innovation et de numérique », explique Thierry Daubresse.

Un mal pour un bien en somme, puisque le projet final est désormais celui d’un hôpital digital, anticipant les ambitions du plan santé 2022 du ministère. « Il y aura, par exemple, une évacuation des déchets automatisée et sécurisée qui nous permet de réduire les coûts de fonctionnement », détaille le président du conseil de surveillance. Des techniques de pointe génératrices d’économies mais qui demandent aussi un investissement supplémentaire d’environ 28 millions d’euros.

« L’hôpital de Lens est en grande difficulté financière »

C’est, en partie, ce qui a convaincu l’Etat de la nécessité de remettre au pot 30 millions pour « l’actualisation du projet » et 60 millions sous forme « d’aide en capital ». « L’hôpital de Lens est en grande difficulté financière depuis de nombreuses années. Nous avons tout de même réduit l’endettement de moitié depuis 2010 mais sans cette rallonge de l’Etat, le nouveau projet serait parti sur de mauvaises bases », reconnaît Thierry Daubresse.

Aujourd’hui, le projet est donc arrêté avec un budget d’un peu moins de 310 millions d’euros. Les travaux d’accessibilité ont commencé. En revanche, le chantier de l’hôpital en lui-même ne sera lancé, « au mieux fin 2020, mais plutôt début 2021. »