Nice : Un protocole mis en place pour éviter toute contagion après la mort d’un adolescent emporté par une méningite

MALADIE « Les contacts à risque » ont été identifiés et ont reçu un traitement antibiotique préventif en plus, pour certains, d’une vaccination

F.Bi.

— 

Des proches de l'adolescent ont reçu une vaccination prophylactique.
Des proches de l'adolescent ont reçu une vaccination prophylactique. — Mario Tamma AFP/Getty Images/Arch.

Son décès remonte à la nuit du 7 au 8 janvier. Un adolescent de 15 ans a été emporté par une méningite, à Nice. Un protocole a été mis en place par l’agence régionale de santé (ARS) Pace pour limiter les risques de contagion, rapporte Nice-Matin.

Aucun autre cas n’a été signalé, selon l’établissement public. D’après Samer Aboukais, médecin de l’ARS délégué à la veille et la sécurité sanitaire interrogé par le quotidien régional, « les contacts à risque » ont été identifiés et ont reçu un traitement antibiotique préventif en plus, pour certains, d’une vaccination prophylactique.

Le lycée Les Palmiers en deuil

Dans la classe de la jeune victime, une 3e prépa professionnelle du lycée Les Palmiers, dans l’est de Nice, les élèves sont en deuil, mais également inquiets. Certains « ont dû aller à l’hôpital pour recevoir un traitement, et un autre est allé à l’hôpital vendredi pour les mêmes symptômes », a expliqué un de leurs professeurs à Nice-Matin.

Le 14 juin 2019, l’ARS Paca avait annoncé la mort à Nice d'une lycéenne « décédée de Purpura fulminans, probablement dû à une infection invasive à méningocoque ».

L’organisme avait alors rappelé que «les infections invasives à méningocoque sont des maladies rares en France ». « La méningite est la forme la plus fréquente. Elle peut se traduire par une fièvre, des maux de tête, une raideur de la nuque, des vomissements, de la gêne à la lumière ou l’apparition de taches sur le corps », ajoutait-il.