Cancer de la prostate : Bientôt un test de dépistage urinaire pour éviter le toucher rectal ?

ETUDE L’auteur principal des recherches estime que ce test pourrait révolutionner le diagnostic du premier cancer masculin

20 Minutes avec agence

— 

Auscultation d'un patient par un médecin généraliste dans son bureau. Illustration.
Auscultation d'un patient par un médecin généraliste dans son bureau. Illustration. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Aujourd’hui, le dépistage du cancer de la prostate passe le plus souvent par un toucher rectal effectué par un médecin, un examen désagréable qui gêne de nombreux patients. Mais des chercheurs élaborent actuellement une nouvelle technique qui pourrait s’avérer précieuse dans la lutte contre le premier cancer masculin : un test urinaire. Cet examen baptisé « prostate urine risk » (PUR) permettrait de réaliser le dépistage seul chez soi.

Les scientifiques de l’université d’East-Anglia et de l’hôpital universitaire Norfolk et Norwich, au Royaume-Uni, ont publié les résultats de leur étude dans la revue BioTechniques. « Ce test examine l’expression des gènes dans les échantillons d’urine et fournit des informations essentielles pour savoir si un cancer est agressif ou à "faible risque" », explique le docteur Jeremy Clark, principal auteur de l’étude, dans un communiqué.

Une technique plus efficace que le toucher rectal

Dans le cadre de cette étude, 14 personnes ont été soumises à la fois à ce test urinaire mais aussi à un toucher rectal afin de comparer les résultats. « Nous avons constaté que les échantillons d’urine prélevés à domicile montraient les biomarqueurs du cancer de la prostate beaucoup plus clairement qu’après un examen rectal. Et les participants ont indiqué préférer le test à domicile », a expliqué le chercheur.

Cette nouvelle méthode permettrait d’autre part de savoir cinq ans plus tôt si les patients auront besoin d’un traitement ou non. Jeremy Clark estime ainsi que le PUR pourrait « révolutionner le diagnostic ».