Mal de gorge bénin : Attention aux risques allergiques provoqués par certains médicaments

PRECAUTION Dans de rares cas, certains médicaments peuvent provoquer des réactions allergiques qui se manifestent par une chute de tension et des difficultés respiratoires 

20 Minutes avec agences

— 

Certains médicaments contre le mal de gorge pourraient ne plus être en accès libre en pharmacie. (illustration)
Certains médicaments contre le mal de gorge pourraient ne plus être en accès libre en pharmacie. (illustration) — GILE MICHEL/SIPA

Les comprimés de médicaments pour le mal de gorge bénin à base d’alpha-amylase, comme le Maxilase, ne devraient plus être disponibles en libre accès dans les pharmacies. En cause : des risques d’allergie parfois grave, selon l'Agence du médicament ANSM.

Celle-ci a informé les deux laboratoires titulaires des autorisations de commercialisation de ces médicaments, Sanofi et Top Pharm, de sa volonté de les retirer du libre accès, indique le Dr Jean-Michel Race. Les pharmaciens ont également été avertis par courrier en juin de cette mesure de précaution.

Chute de tension et difficultés respiratoires

Les réactions allergiques se manifestent essentiellement au niveau de la peau (urticaires et démangeaisons…). Mais elles peuvent aussi se manifester, dans de rares cas, par une chute de tension, des difficultés respiratoires seules ou accompagnées d’un gonflement du visage (chocs anaphylactiques).

Deux allergies graves ont ainsi touché un enfant en 2013 et un adolescent en 2017. S’y ajoute le décès la même année d’un adulte d’une cinquantaine d’années qui avait aussi pris ces médicaments.

Le pharmacien pourra les déconseiller

Les sirops qui contiennent la substance en cause, plus fréquemment utilisés chez l’enfant, n’étaient déjà pas directement accessibles mais placés derrière le comptoir du pharmacien. Très prochainement, le public ne pourra plus se servir lui-même des comprimés mais devra s’adresser au pharmacien pour les obtenir, comme pour les sirops.

En cas d’asthme ou d’allergies, le pharmacien pourra déconseiller l’usage de ces médicaments et sera à même d’orienter sur d’autres moyens, notamment non médicamenteux, comme boire beaucoup d’eau ou prendre des choses sucrées.

« Plus dangereux qu’utiles »

De son côté, la revue indépendante Prescrire a inscrit ces produits à base d’alpha-amylase, pas plus efficaces qu’un placebo, dans la dernière version de sa liste des 105 médicaments « plus dangereux qu’utiles » dont on peut se passer. Le risque grave figure d’ailleurs dans la notice destinée aux consommateurs et celle pour les professionnels de santé depuis 2018, selon l’ANSM.

Les produits concernés sont les suivants : Maxilase Maux de gorge Alpha-Amylase de Sanofi, Alfa-amylase Biogaran et Alfa-amylase Top Pharm de Pierre Fabre (ex-Drill).