Seine-Maritime : Des « dysfonctionnements importants » dénoncés à l’hôpital psychiatrique de Rouen

SCANDALE Des mineurs seraient hospitalisés avec des adultes et enfermés dans des chambres d’isolement, ce que déplore le Contrôleur général des lieux de privation de liberté

20 Minutes avec Agences

— 

Illustration d'un hôpital psychiatrique
Illustration d'un hôpital psychiatrique — LANCELOT FREDERIC/SIPA

Des « dysfonctionnements importants impactant fortement la dignité (…) des patients » ont été constatés à l’hôpitalpsychiatrique de Rouen ( Seine-Maritime) par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), a indiqué ce lundi la direction de l’hôpital annonçant une « procédure d’urgence ». Ces dysfonctionnements impactent fortement « les droits fondamentaux des patients concernant les mesures d’isolement en particulier », précise l’hôpital dans un communiqué.

Le CGLPL déplore que « des enfants » soient « hospitalisés avec des adultes et parfois enfermés dans des chambres d’isolement », précise l’hôpital dans un second communiqué citant le Contrôleur. « Les patients mineurs ne doivent pas être accueillis avec des adultes », souligne-t-il. « Le recours » à l’isolement « doit être évité par tout moyen ; il doit être totalement exclu dans les unités recevant des enfants de moins de treize ans », ajoute le Contrôleur.

Grève de la faim des salariés

Selon le communiqué, le CGPLP pointe en outre « des conditions d’hébergement dégradées et aggravées par la suroccupation des unités ». Il déplore « des atteintes à la liberté d’aller et venir de l’ensemble des patients se répercutant sur la qualité des soins. »

Autre « point majeur », le CGLPL a « mis en évidence » « une inégalité de traitement et une inégalité d’accès aux soins », entre les patients dans cet hôpital, selon le communiqué intitulé « crise inédite au CHR ». En 2018, huit salariés de cet établissement avaient suivi une grève de la faim très médiatisée afin de dénoncer un manque d’effectif au détriment des patients.