Grasse : Après de nouveaux cas de cryptosporidioses, l’ARS déconseille de boire l’eau du robinet

PARASITOSE Une suspicion se porte sur un canal « qui aurait pu être contaminé suite à de fortes précipitations », selon l’ARS

Fabien Binacchi

— 

De l'eau du robinet (Illustration)
De l'eau du robinet (Illustration) — Archives F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Après l’annonce de cas de cryptosporidiose la semaine dernière, l’ARS Paca a indiqué que de nouveaux malades avaient été identifiés dans la région de Grasse.
  • L’agence régionale de santé déconseille désormais de consommer, sans la faire bouillir, l’eau du robinet.
  • Un canal alimentant le réseau d’eau potable aurait pu être contaminé.

Si « l’eau du robinet peut toujours être utilisée pour la cuisson des aliments, la douche, les usages ménagers », l’Agence régionale de santé (ARS) Paca conseille depuis jeudi soir aux habitants de la région de Grasse de plutôt « consommer de l’eau embouteillée ». Dans un communiqué, l’organisme a confirmé la découverte de nouveaux cas de cryptosporidiose, une maladie parasitaire, qui pourrait être transportée dans le réseau d'eau potable. Cette parasitose peut provoquer de violents maux de ventre et des désordres intestinaux.

L’ARS invite la population concernée, et « plus particulièrement les personnes immunodéprimées ou greffées », à « faire bouillir l’eau du robinet pendant deux minutes avant de l’utiliser pour la préparation des aliments ». Les biberons doivent être faits avec de l’eau embouteillée et il est aussi préconisé de « se laver les mains régulièrement avec une solution hydroalcoolique suivie de séchage, pour éviter la transmission du parasite ».

« Une contamination en un seul et unique point du réseau »

« Une suspicion de contamination se porte sur le secteur de Grasse, alimenté en eau par le canal du Foulon (ouest des Alpes-Maritimes), qui aurait pu être contaminé suite à de fortes précipitations », note l’agence. Vendredi dernier, elle annonçait le lancement d’investigations après la survenue de près de 40 cas de cryptosporidiose dans le secteur.

« Une contamination en un seul et unique point du réseau, sur de l’eau ayant stagné dans une borne incendie », a pour le moment été relevée par le gestionnaire des réseaux d’eau de la ville de Grasse (Suez), indique l’ARS qui a demandé de nouveaux prélèvements.

Purge des réseaux et modification des sources d’alimentation

En attendant les résultats d’analyse, il a été décidé de « réaliser une purge de tous les réseaux d’eau concernés ». L’alimentation en eau pour les communes de Grasse, Châteauneuf de Grasse, Mouans-Sartoux, Opio, Roquefort-les-Pins, le Rouret et Valbonne est également modifiée « pour diminuer au maximum les apports du canal du Foulon ».

La ville de Mouans-Sartoux a d’ores et déjà annoncé qu’elle avait « prévu de fournir de l’eau en bouteille aux écoles et crèches ainsi qu’au collège ».