Montpellier : L’Occitanie face au défi du vieillissement de la population

DEPENDANCE D’ici à 2040, la population des plus de 75 ans va quasi-doubler en Occitanie, avec de grands changements dans la prise en charge des personnes dépendantes

Jérôme Diesnis

— 

Une personne âgée (illustration).
Une personne âgée (illustration). — Michel Gile / Sipa
  • Le nombre de seniors de plus de 75 ans va augmenter de 472.000 d’ici 2040 en Occitanie. Un quart d’entre eux devraient être dépendants.
  • Si la croissance du nombre de personnes âgées sera avant cela régulière, le papy-boom est attendu pour 2032.
  • Les Français demandent de plus en plus à bénéficier d’accompagnement à domicile, au détriment des Ehpad. « Il y a urgence à trouver des solutions pour rendre ces métiers attractifs », estime l’Agence régionale de Santé.

Elles devraient être 472.000 de plus qu’aujourd’hui dans la région. D’ici à 2040, le nombre de personnes âgées de 75 ans ou plus va presque doubler en Occitanie. Parmi elles, 204.000, auront 85 ans ou plus. L’Insee et l’Agence régionalle de Santé (ARS), qui ont présenté mercredi une étude conjointe sur la base de l’évolution de la démographie actuelle, s’attendent d’ici à 2040 à un afflux 115.000 personnes dépendantes supplémentaires : elles seront 306.000 à cette date, avec un vrai défi de santé publique.

Et la problématique est double, puisque la volonté de vivre le plus longtemps à domicile (plutôt qu’en Ehpad) est partagée par une très large majorité de Français. « Heureusement, nous avons un peu de temps devant nous pour gérer la transformation du modèle d’accompagnement », détaille Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS.

Dans les prospectives de l’Insee, le choc du papy-boom est prévu pour 2032. C’est à partir de là que la croissance du nombre de seniors de 85 ans et plus va exploser, avec près de 20.000 nouvelles personnes très âgées et le plus souvent dépendantes.

Gard et Hérault : séisme en vue

Le taux de dépendance est parmi les plus faibles dans les départements du littoral (autour de 30 %). Ces chiffres vont être bouleversés d’ici à 2040, avec une hausse attendue de 50 % dans le Gard et presque autant dans l’Hérault. Dans le même temps, le nombre de places en Ehpad ne devrait que faiblement augmenter, selon les hypothèses de l’Insee. Le pourcentage de seniors dépendants à domicile va donc fortement augmenter (pour atteindre 82 % de cette population).

« La bonne nouvelle, c’est que nous avons la capacité de former les personnels pour faire face à cette croissance, reprend Pierre Ricordeau. La mauvaise, c’est la difficulté de recruter infirmiers et aides-soignants face au manque d’attractivité de ces métiers. Il y a urgence à trouver des solutions. »