Comment prendre (enfin) la vie du bon côté ? Les six conseils de la Ligue des optimistes

SANTE La Ligue des optimistes multiplie les actions pour apprendre aux Français à préférer la positive attitude

Frédéric Brenon

— 

Un homme heureux levant les bras au ciel (illustration)
Un homme heureux levant les bras au ciel (illustration) — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA;
  • La Ligue des optimistes de France regroupe près de 25.000 sympathisants.
  • Son objectif est d’aider les Français à chasser leur pessimisme légendaire.
  • Elle multiplie les soirées d’information, comme ce jeudi à Nantes.

La France fait partie des pays les plus favorisés du globe, son taux de fécondité est l’un des plus élevés d’Europe, tout comme son taux de création d’entreprise. Et, pourtant, ses habitants figurent parmi les plus pessimistes au monde. C’est un peu pour combattre cette négative attitude que s’est créée en 2011 la Ligue des optimistes. Forte de près de 25.000 adhérents, l’association à but non lucratif multiplie les conférences et soirées thématiques au cours desquelles elle distille des conseils. L’une d’elles ce tiendra ce jeudi à Nantes mais est complète depuis dix jours. Heureusement, les formateurs en optimisme ont confié à 20 Minutes six de leurs meilleurs tuyaux.

Eriger ce qui va bien en priorité

Voir la moitié du verre vide plutôt que la pleine, un défaut couramment répandu. Et pour cause. « Notre cerveau a naturellement un biais de négativité, explique Yves de Montbron, consultant et secrétaire de la Ligue des optimistes. C’est-à-dire que l’on retient plus facilement ce qui ne fonctionne pas. On est beaucoup plus sensible aux mauvaises nouvelles qu’aux bonnes. » Pourtant, si on cherche des raisons de célébrer sa journée, « on en trouve aussi ». Il faut donc placer en priorité les instants et événements sources de satisfaction. Surtout à l’heure de faire des choix. « C’est comme cela qu’on évite de passer à côté des opportunités », insiste Yves de Montbron.

S’efforcer d’être bienveillant

S’intéresser aux autres, encourager son entourage, le féliciter, aide à prendre la vie du bon côté. « Quand on est bienveillant, on fait du bien à son interlocuteur mais aussi à soi-même, rappelle Christophe Tricart, formateur et intervenant pour la Ligue des optimistes. Accorder du temps aux autres oblige à ne pas rester centré sur soi, à faire abstraction de ses problèmes. On diffuse du positif. » Parfois, il suffit de pas grand-chose : entamer quelques mots de conversation le matin plutôt qu’un bonjour impersonnel, lever le nez de son portable quand on discute… A l’inverse, attention aux sollicitations des personnes trop négatives, voire toxiques. « Il faut savoir se préserver et espacer les contacts », estime Yves de Montbron.

Faire preuve d’humour

L’humour favorise les relations positives, aide à faire passer des messages, débloque même des conflits. « Il faut se lancer et lâcher prise, c’est comme ça que la créativité se diffuse », assure Christophe Tricart, spécialiste de l’humour au travail. Pour ceux qui se sentent peu à l’aise, quelques techniques s’avèrent utiles, comme « l’exagération ou la répétition ». Mais attention, avoir de l’humour ne signifie pas « distribuer des blagues à tout va ». « C’est plutôt utiliser des répliques au bon moment, avec parcimonie, précise Christophe Tricart. L’humour ne doit pas dépasser 10 % à 15 % de ses prises de parole. Passer pour le clown de service, ce serait contre productif. »

Moment de complicité entre une mère et son fils (illustration).
Moment de complicité entre une mère et son fils (illustration). - M.Daniau/AFP

Entraîner son mental avec des exercices

L’optimisme, ça se travaille. « C’est un peu comme des muscles qu’on entraîne pour faire du sport. Voir les choses du bon côté, c’est une discipline personnelle qu’il faut répéter. » Ça passe par prendre soin de son corps et soumettre son cerveau à quelques exercices réguliers. « Par exemple, noter à la fin de sa journée trois réussites ou trois moments de bonheur. Ça peut être un compliment, un moment passé avec son enfant, une tâche accomplie, un fou rire… L’écrire oblige à conscientiser ce qui a été positif et à lui donner une réalité. Et si le dimanche on relit tous nos écrits, on se rend compte qu’on a finalement passé une bonne semaine. »

Ne pas oublier que l’on peut toujours rebondir

Même quand ça va très mal (deuil, séparation amoureuse, échec professionnel…), l’être humain a la ressource vitale pour rebondir. « On connaît tous des gens qui ont divorcé, qui ont perdu leur emploi, et qui sont plus heureux aujourd’hui. Il ne faut jamais perdre de vue que, quelle que soit la difficulté, le malheur n’est pas figé et l’avenir peut réserver plein de bonnes surprises. » Yves de Montbron cite l’exemple de Philippe Croizon, amputé des bras et jambes, aujourd’hui conférencier. « Bien sûr que sa vie n’est pas facile. Mais il réalise aujourd’hui des exploits sportifs incroyables et fait des rencontres exceptionnelles. Il dit lui-même qu’il ne reviendrait pas en arrière. »

Diminuer sa consommation de médias

La plupart des médias préfèrent encore les trains qui arrivent en retard à ceux qui arrivent à l’heure. « A la télévision, à la radio, dans les journaux, les informations sont particulièrement négatives. Jour après jour, les catastrophes et mauvaises nouvelles s’accumulent. Il n’y a pas suffisamment de contenu sur ce qui marche bien, sur les réussites », reproche Yves de Montbron. Pour repousser le spleen et encourager l’enthousiasme, La Ligue des optimistes conseille donc une « diète médiatique ». Même chose pour les réseaux sociaux, friands de bad news et autres théories du complot. « Il ne s’agit pas de s’isoler. Mais au moins éviter la surdose. » A l’inverse, l’association recommande des lectures de récits ayant une conclusion positive.