Lyon : L’opération des petites sœurs siamoises reportée

SOLIDARITE Les deux fillettes camerouaises, qui fêtent ce mercredi leur premier anniversaire, ont attrapé une bronchiolite

Caroline Girardon

— 

L'opération des deux petites siamoises à Lyon a été reportée.
L'opération des deux petites siamoises à Lyon a été reportée. — La chaîne de l'Espoir
  • L’opération des deux petites siamoises était prévue ce jeudi.
  • Les enfants ayant contracté une bronchiolite, l’intervention a été repoussée d’au moins une semaine.

Bissie et Eyenga, reliées par le foie et une partie du thorax depuis leur naissance, vont devoir patienter avant de pouvoir être séparées. Les deux petites filles, qui fêtent ce mercredi leur premier anniversaire, devaient être opérées ce jeudi à l’hôpital Femme Mère Enfants de Bron, près de Lyon. Mais cette intervention très délicate a été reportée d’au moins une semaine, ont annoncé les Hospices civils de Lyon. La raison : les fillettes ont « contracté un virus respiratoire », indique l’équipe soignante.

« Il s’agit d’une bronchiolite, révèle Paul Nahon, journaliste qui travaille pour la Chaîne de l’espoir, à l’origine de la mobilisation autour des jumelles. C’est embêtant mais bénin. L’une des deux fillettes est plus faible que l’autre. »

« C’est avant tout pour préserver leur sécurité que cette décision a été prise de façon collégiale, d’autant plus que les examens ont permis de diagnostiquer à l’une d’elle une malformation du cœur qui devra être opérée après l’intervention de séparation », confirme le Pr Pierre-Yves Mure, qui coordonne leur prise en charge au sein de l’hôpital.

Opérées le 13 novembre si leur état de santé le permet

En fonction de l’état de santé des enfants, l’intervention a été reprogrammée mercredi 13 novembre et sera réalisée « si état de santé des fillettes le permet ». Elle devrait durer une quinzaine d’heures et mobiliser une grosse dizaine de professionnels de santé. « On reste confiants et on attend une issue heureuse », lâche Paul Nahon.

Originaires du Cameroun, les enfants et leur maman sont arrivées en France vendredi 1er novembre grâce à l'association La Chaîne de l'espoir. A la naissance de ses bébés, la mère, âgée de 18 ans, a été rejetée par le papa puis le reste de sa famille craignant ainsi « une malédiction » ou voyant là « l’œuvre du diable ». « Face à ces rumeurs et à la stigmatisation ambiante », la jeune femme a été chassée, contrainte de quitter son village natal et de s’exiler à Yaoundé, rappelle l’association.

Elle a ensuite été accueillie à l’hôpital gynéco obstétrique pédiatrique où les jumelles ont pu grandir en toute sécurité en attendant leur opération, nécessaire pour leur survie. « Sachant qu’une intervention chirurgicale est impossible à Yaoundé et que sans opération, les jumelles ne pourront pas survivre, le Dr Mouafo, qui s’est occupé des petites filles, a appelé son mentor en France, le Pr Pierre-Yves Mure, engagé depuis des années auprès de la population camerounaise. Il a répondu à cet appel et profitant de sa présence au Cameroun quelques jours plus tard, il a vu en consultation les deux sœurs », explique la Chaîne de l’Espoir. L'association sollicite la générosité des donateurs pour financer l’opération et la prise en charge des enfants en France.