Côte d'Azur: Des notices de médicaments (à ne pas lire) car réalisées en réalité augmentée

NOUVELLES TECHNOLOGIES Un laboratoire azuréen développe la réalité augmentée dans les protocoles de soin

Mathilde Frénois

— 

La notice 2.0 existe déjà pour des lentilles et des crèmes pour paupières.
La notice 2.0 existe déjà pour des lentilles et des crèmes pour paupières. — Horus Pharma
  • Le téléphone dans une main et la boîte du médicament dans l’autre, le patient scanne le packaging.
  • Apparaissent alors les indications directement sur l’emballage, en intégrant des éléments en 3D.

La notice des médicaments ? Compliquée à déchiffrer avec ses caractères en pattes de mouche. Surtout énervante à ranger à cause de son pliage en éventail. Pour faciliter cette plongée dans le monde des modes d’emploi et des contre-indications des produits médicaux, le laboratoire Horus Pharma a créé les notices en réalité augmentée. Spécialisé dans l’ophtalmologie, il développe cette nouvelle technologie, sorte de « Pokémon GO » médical, pour faciliter le quotidien des patients et de leurs médecins.

« Souvent j’arrive chez le médecin, il m’explique plein de choses, je sors et j’ai déjà oublié tout ce qu’il vient de mentionner, raconte Alain Tahchi, responsable numérique du laboratoire basé à Saint-Laurent-du-Var. Et vice-versa pour le médecin : il passe souvent son temps à répéter les mêmes choses. » Pour éviter ces petits tracas qui s’ajoutent à la prise d’un médicament ou à l’emploi d’une aide médicale, Horus Pharma a créé un dispositif qui fonctionne avec l’application SnapPress, sur iOS et Android.

Les éléments en 3D

Le téléphone dans une main et la boîte du médicament dans l’autre, le patient scanne le packaging. Apparaissent alors les indications directement sur l’emballage, en intégrant des éléments en 3D. Pour le moment, Horus Pharma a développé cette notice virtuelle pour des lentilles et un traitement pour les paupières. « Le patient saura alors comment traiter ses paupières : chauffer la serviette, la mettre dessus, masser. D’un côté, le médecin explique plus rapidement, et de l’autre le patient n’aura pas peur d’oublier. Le tout avec un message ludique. » Car avec l’application, pas de longs textes à lire : tout se passe en vidéo.

Ludicalm, une application pour ne plus avoir peur des piqûresL'image vient au chevet des patients