Interruption médicalisée de grossesse : « J’étais aux pompes funèbres enceinte »… Elles racontent leur « délai de réflexion » imposé

VOUS TEMOIGNEZ Jusqu’à présent la loi imposait un « délai de réflexion » obligatoire de sept jours pour une IMG. Un laps de temps jugé cruel et qui doit disparaître avec la loi bioéthique

Pierre Cloix

— 

La nécessité d'un «délai de réflexion» pour une IMG dépend de chacune
La nécessité d'un «délai de réflexion» pour une IMG dépend de chacune — DELAHAYE CATHERINE/SIPA
  • L’interruption médicalisée de grossesse (IMG) intervient après la période où un IVG est possible (douze semaines). Cette intervention est pratiquée lorsque le fœtus présente des malformations ou que la naissance présente un danger pour la maman.
  • La loi bioéthique propose de retirer le « délai de réflexion » imposé de sept jours souvent jugé comme douloureux.
  • Des internautes témoignent de leur expérience et des émotions vécues durant ce temps.

« Je suis allée aux pompes funèbres encore enceinte. » Les témoignages que vous nous avez envoyés sont plein d’émotion, douloureux et, comme celui de Nathalie, très personnels. L’interruption médicalisée de grossesse (IMG) est une épreuve, trop méconnue, qui survient lorsque le fœtus présente des malformations importantes ou si la naissance est synonyme de danger pour la mère, au-delà de la période limite pour une procédure d’avortement (12 semaines).

La proposition de loi bioéthique, dans laquelle on retrouve la «  PMA pour toutes », contient aussi une mesure liée à l’IMG : Jusqu’ici il fallait observer un « délai de réflexion » de sept jours avant que la procédure médicale ne soit réalisée. Avec l’article 20 de cette loi, cette période d’attente pourrait être supprimée, et laissée à l’appréciation des parents.

« La pire semaine de ma vie »

Une nouvelle qui fait sens pour certaines femmes ayant vécu ce traumatisme. Cindy se souvient : « J’ai fait mon écho du deuxième trimestre et j’ai découvert que mon bébé avait une trisomie 18, synonyme de beaucoup de malformations. Il m’était impossible de voir un avenir pour mon bébé. Le lendemain, un rendez-vous avec mon gynéco m’a confirmé le diagnostic, mais aussi une phlébite. J’ai donc dû être hospitalisée en parallèle de l’IMG, prévu une semaine après. Cela a été la pire semaine de ma vie, je trouve cela inadmissible de laisser la maman avec son bébé sachant qu’on ne peut pas lui donner la vie. Pour moi ce n’est pas une bonne chose quand on sait et que l’on a la confirmation par les médecins que l’enfant ne vivra pas. »

La douleur de l’attente, Jennifer, elle aussi, l’a vécu : « Vous portez votre enfant, qui bouge dans votre ventre, qui s’agite quand vous lui parlez… Ce lien si fort qui a été créé… Et vous savez que dans quelques jours ce sera fini. Ces jours qui paraissent interminables… Douloureux… Le regard bienveillant des gens, des voisins qui vous demande, alors c’est pour quand ce bébé, et vous savez qu’il ne lui reste que quelques jours… Et qu’après ce sera fini… Je ne souhaite ce cauchemar à personne. » Nathalie, elle aussi, souligne la difficulté de se retrouver face à ces regards : « C’est très violent, les gens ne savent pas. Mais nous, on sait que pendant ces quelques jours le bébé est vivant, et que peu de temps après, on va le tuer… »

Un délai « nécessaire »

D’autres femmes estiment que ce temps de réflexion peut avoir une forme « d’utilité » : « J’ai subi une IMG il y a bientôt 13 ans maintenant, et avec le recul je pense qu’il m’a été nécessaire. Il était important pour moi de prendre le temps d’essayer d’accepter ce qui allait se passer, de « profiter » des derniers instants avec ma fille. C’est très dur sur le moment : J’ai eu l’impression d’être emportée par un tsunami, de mourir… Mais encore une fois aujourd’hui je sais que ces « derniers instants » avec ma fille ont été précieux », témoigne Christine, qui précise bien qu’elle ne parle que de son cas particulier. Emilie, elle, a trouvé cette période importante, notamment pour échanger avec son conjoint : « Nous avons fait ce choix et le délai de réflexion était le bienvenu, car ce n’est pas une décision facile à prendre. Je pense toutefois que selon les cas, cela doit « être adaptable. ». C’est d’ailleurs le sens du projet de loi : ne plus imposer, mais laisser la possibilité. Donner le choix aux parents, en fonction de ce qu’ils souhaitent vivre.

Faire au cas par cas ?

Ce besoin « d’adaptabilité » est par énormément revenu dans vos témoignages. Chacun de ces drames a été vécu différemment par chacune d’entre vous et, de fait, une période « imposée » ne vous paraît pas pertinente, comme le résume Carole : « Dans mon cas, sept jours, c’était trop court. Mais c’est propre à chacune : Imposer un délai semble délicat si la personne veut agir vite. Je pense que cela relève de son choix d’attendre quelques jours, deux semaines, ou pas. Ce n’est pas à la loi de décider mais à la patiente et au corps médical. Chaque cas est unique. »

«IVG, c'est mon droit»: un numéro vert et une campagne pour le réaffirmer