Mois sans tabac: Ouverture des inscriptions

SEVRAGE Durant la période, des opérations seront organisées à travers la France et sur les réseaux sociaux pour accompagner les fumeurs dans leur choix d’arrêter

20 Minutes avec AFP

— 

Un panneau indiquant l'interdiction de fumer sur une plage de Marseille (illustration)
Un panneau indiquant l'interdiction de fumer sur une plage de Marseille (illustration) — BALEYDIER/SIPA

Le Mois sans tabac, c’est (presque) parti : les inscriptions sont ouvertes pour la 4e édition de cette opération annuelle qui a pour but d’aider les fumeurs à arrêter et se déroulera en novembre. Les accros à la nicotine qui souhaitent participer peuvent s’inscrire depuis mardi sur la plateforme Internet mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr

Le cap important du premier mois sans cigarette

« Première cause de mortalité évitable, le tabac tue 75.000 personnes en France chaque année. Le dispositif Mois sans tabac mise donc sur un élan collectif en incitant les fumeurs à arrêter tous ensemble pendant un mois », expliquent Santé publique France, l’Assurance maladie et le ministère de la Santé. « Un sevrage tabagique de 30 jours multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement. En effet, l’abstinence sur un tel laps de temps diminue largement la dépendance et les symptômes de manque (nervosité, irritabilité) », poursuivent-ils.

Pendant le Mois sans tabac, des opérations sont organisées à travers la France et sur les réseaux sociaux pour conseiller les fumeurs dans leur tentative d’arrêt. « Depuis 2016, 580.982 inscriptions au grand défi de l’arrêt du tabac ont été comptabilisées », selon les partenaires de l’opération. D’après les chiffres dévoilés au terme de la dernière édition, plus de 241.000 personnes s’étaient inscrites en 2018, soit 84.000 de plus qu’en 2017 (environ 157.000). La première édition avait attiré environ 180.000 fumeurs en 2016.

Depuis 2016, 1,6 million de fumeurs en moins

Le Mois sans tabac est l’un des outils sur lesquels s’appuient les pouvoirs publics pour lutter contre le tabagisme, avec également l’augmentation progressive du prix du paquet jusqu’à 10 euros d’ici 2020 et le remboursement des substituts nicotiniques. Cette politique semble porter ses fruits. Depuis 2016, le nombre de fumeurs quotidiens en France a baissé d’1,6 million, selon des chiffres dévoilés en mars par le gouvernement. Quelque 600.000 fumeurs quotidiens ont arrêté le tabac lors du premier semestre 2018. Ils s’ajoutent à la baisse d’un million qui avait été observée en 2017 et avait été qualifiée d'« historique » par le gouvernement.