Handicap : Bientôt des mesures pour faire baisser les prix des fauteuils roulants

ACCESSIBILITE Le gouvernement veut notamment favoriser la réutilisation de fauteuils roulants d’occasion en autorisant leur prise en charge par l’assurance maladie

20 Minutes avec agences

— 

Des mesures devraient être prises pour réduire les prix des fauteuils roulants (illustration).
Des mesures devraient être prises pour réduire les prix des fauteuils roulants (illustration). — V. Wartner / 20minutes (archives)

Le budget de la Sécurité sociale 2020, présenté ce lundi, comprend des mesures destinées à faire baisser le prix des fauteuils roulants pour les personnes handicapées. Il s’agit de « proposer une offre de fauteuils roulants diversifiée et des prix plus attractifs », a précisé dans un communiqué le cabinet de la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel.

Pour ce faire, le gouvernement va introduire une nouvelle procédure de « référencement sélectif » des fauteuils éligibles à un remboursement par la Sécurité sociale. Cela devrait conduire à une « mise en concurrence » des fabricants et donc à des prix plus bas. Par ailleurs, les pouvoirs publics entendent « favoriser la réutilisation » de fauteuils roulants de seconde main, en autorisant leur prise en charge par l’assurance maladie.

L’APF demande sécurité et traçabilité

A la suite de ces annonces, l’association APF France Handicap a indiqué à l’AFP que les personnes concernées « attendent des actes forts sur les prix des fauteuils roulants », qui sont remboursés par la Sécu moins de 600 euros alors qu’ils peuvent coûter plus de 3.000 euros. L’idée d’une « mise en concurrence » des fabricants ne doit pas conduire à un « choix limité » de fauteuils, a mis en garde Malika Boubekeur, de l’APF.

La création d’une filière de fauteuils d’occasion doit par ailleurs s’accompagner de garanties de sécurité, y compris en termes de « traçabilité des pièces détachées » et de « conditions de réparations », a ajouté l’association. Selon elle, si les organismes qui financent les aides et les Maisons départementales des personnes handicapées « privilégient l’achat d’aides techniques d’occasion, au détriment d’achats neufs », on court le « risque de déstabiliser l’ensemble de la filière ».

« Des solutions alternatives » pour éviter les « exils »

Le budget 2020 de la « Sécu » comprend une autre mesure à destination des personnes handicapées. Elle s’adresse plus précisément aux quelque 550 adultes, atteints d’autisme ou d’un autre type de handicap, contraints chaque année de « s’exiler » dans un établissement spécialisé en Belgique, faute de place en France. Pour mettre fin à cette situation, le gouvernement va débloquer 90 millions d’euros sur trois ans (dont 20 millions en 2020) pour développer « des solutions alternatives à la hauteur des besoins des personnes et des familles ». Les régions Ile-de-France, Hauts-de-France et Grand-Est sont principalement concernées.

« Que met-on derrière le mot alternative, concrètement ? », s’est interrogée pour sa part l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei). Dans un bref communiqué, l’association se demande si ces annonces suffiront à « répondre à l’urgence » pour les familles.