Incendie de l’usine Lubrizol à Rouen : Des odeurs « gênantes » mais « pas nocives » selon Edouard Philippe

RISQUE SANITAIRE Le Premier ministre est en visite à Rouen à la suite de l’incendie de jeudi dernier

J.-L. D. avec AFP

— 

Edouard Philippe, Premier ministre.
Edouard Philippe, Premier ministre. — Jacques Witt/SIPA

Le Premier ministre Édouard Philippe a reconnu ce lundi soir à Rouen que les odeurs provoquées par l'incendie de l'usine Lubrizol ​ étaient « gênantes » mais assuré qu’elles n’étaient « pas nocives ».

« Les odeurs que nous sentons (…) sont effectivement très dérangeantes, très pénibles à supporter, elles peuvent entraîner en effet un certain nombre de réactions mais elles ne sont pas nocives », a-t-il déclaré devant le site, en réaffirmant sa volonté d'« absolue transparence » sur les causes et les conséquences de l’accident.