Agnès Buzyn va « mettre de l’argent » pour régler la crise des urgences

HOPITAUX EN CRISE La ministre de la Santé assure qu'« il y aura un budget dédié » pour trouver des solutions qui régleront les problèmes des urgences sur le long terme

A.B.

— 

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé ce dimanche qu'elle allait "mettre de l'argent dans des solutions qui vont régler sur le long terme le problème" des urgences.
La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé ce dimanche qu'elle allait "mettre de l'argent dans des solutions qui vont régler sur le long terme le problème" des urgences. — JP PARIENTE/SIPA

Semaine déterminante pour Agnès Buzyn et les services d’ urgences, en grève depuis bientôt six mois. La ministre de la Santé doit présenter ce lundi un « plan d’actions », alors que sont prévues une assemblée générale des grévistes mardi et une manifestation à l’appel de la CGT mercredi. Les mesures annoncées par la ministre suffiront-elles à parvenir à une sortie de crise alors que près de 250 services d’ urgences de l’hexagone sont en grève ?

« Régler le problème sur le long terme »

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui pour répondre à la crise des urgences, a promis dimanche de « mettre de l’argent dans des solutions qui vont régler le problème sur le long terme ». « Il y aura un budget dédié pour régler la crise des urgences », a-t-elle déclaré dans l’émission « Questions politiques » (France Inter/franceinfo/Le Monde).

Le mouvement de grève débuté il y a près de six mois n’a cessé de s’étendre et touche désormais la moitié des services d’urgences du secteur public – 249 selon ses organisateurs, 195 d’après le ministère.

Après deux séries d’annonces en juin et début septembre, la ministre dévoilera lundi de nouvelles « mesures spécifiques » qui « vont lever la pression sur les services d’urgences ». « Je vais apporter des moyens, mais pas simplement pour financer des postes en plus dans les urgences, parce que ce serait reculer pour mieux sauter », a-t-elle ajouté.

« Valoriser tout ce qui peut éviter un passage inutile »

« Je vais mettre de l’argent dans des solutions pérennes, restructurantes, qui vont régler le problème des urgences sur le long terme », a-t-elle assuré. Soulignant que « l’hôpital n’a pas vocation à fonctionner comme une entreprise », Agnès Buzyn souhaite modifier un financement basé « sur le nombre d’actes fournis » et au contraire « valoriser tout ce qui peut éviter un passage inutile ».

Parmi les pistes évoquées par la ministre pour « éviter un passage inutile » aux urgences, Agnès Buzyn a notamment demandé « à ce que tous les hôpitaux signent des accords avec les EHPAD pour que des personnes âgées accèdent directement aux services de gériatrie, sans passer par la porte des urgences ». Des propositions qui ne semblent pas avoir convaincu les personnels soignants.

Agnès Buzyn souhaite aussi ouvrir aux patients la possibilité de « faire des examens de biologie dans une maison de santé » et annonce que « les infirmiers auront de nouvelles compétences ». Pour la ministre, « ce qu’il faut pour soulager les urgences, ce sont des mesures pragmatiques et rapides à mettre en œuvre ».

Reste à savoir le montant de l’enveloppe qui sera débloquée par le gouvernement pour sortir l’hôpital de la crise profonde qu’il traverse.