Toulouse : L’électroporation, ça vous parle ? Cette technique innovante permet de soigner le cancer et de manger sain

SCIENCES Les plus grands spécialistes mondiaux de l’électroporation sont réunis à Toulouse. On vous dit tout sur cette technique à base d’impulsions électriques et sans produit chimique utilisée aussi bien en cancérologie que dans l’e-cooking

Hélène Ménal

— 

Une cellule rendue perméable par électroporation.
Une cellule rendue perméable par électroporation. — Mounir Tarek - CNRS
  • L’électroporation permet de soigner des tumeurs cancéreuses et de se passer de produits chimiques dans l’agroalimentaire.
  • Les plus grands spécialistes mondiaux sont réunis à Toulouse.
  • Ils proposent des démonstrations aux curieux ce vendredi.

A l’heure où les additifs et les produits chimiques en général inquiètent, des scientifiques du monde entier sont réunis à Toulouse pour parler électroporation. Derrière ce nom abscons se cache une technique innovante et prometteuse, uniquement à base d’impulsions électriques.

« Elle permet de perméabiliser la membrane des cellules, autrement dit de les transformer en passoire pour mieux pénétrer à l’intérieur », résume Marie-Pierre Rols, de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale à Toulouse (IPBS). La chercheuse, « très fière » d’organiser le congrès et qui a eu l’idée de programmer ce mercredi une soirée grand public*, a rédigé sa thèse « il y a 30 ans » sur l’électroporation. Avec son équipe, elle a fait de la Ville rose une des pionnières de cette technique utilisée aussi bien dans le domaine de la cancérologie que dans l’agroalimentaire.

Dans le cas des cancers, l’électroporation consiste à placer des électrodes à l’endroit précis de la tumeur et à injecter directement le médicament dans les cellules devenues poreuses. « Quand la chimiothérapie provoque une injection massive de produits dans tout l’organisme, notre technique cible la cellule tumorale et nous permet d’être de 100 à 1.000 fois plus efficaces », explique Marie-Pierre Rols.

Pour le vin et stériliser les jus de fruit

Quelque 150 cliniques européennes utilisent l’électrochimiothérapie, notamment en Scandinavie ou en Italie. Mais pas en France, où a Haute autorité de Santé n’a pas encore donné son feu vert. En revanche, les vétérinaires, y compris Toulousains, sont nombreux en s’en servir. « Nous avons déjà guéri 120 chevaux, ânes ou poneys », assure la chercheuse.

Mais l’électroporation ne se cantonne pas à la médecine. Dans les applications mises en avant ce mercredi, le public pourra assister à une démonstration d’e-cooking qui utilise les impulsions électriques pour une cuisson « extrêmement rapide à basse température qui préserve l’aspect des aliments et leurs vitamines ». « J’ai goûté des brocolis que je n’aime pas en général, c’est assez étonnant », plaisante Marie-Pierre Rols.

Dans un autre domaine, des viticulteurs du Gaillacois « électroporent » leur raisin pour améliorer les qualités gustatives de leur vin, sans avoir recours au moindre additif. Enfin, la technique permet de stériliser des jus de fruits, sans ajouter de conservateurs, et d’extraire naturellement l’huile ou le sucre d’un végétal.

« L’électroporation a le vent en poupe parce qu’elle correspond aux attentes sociétales de l’époque », se réjouit Marie-Pierre Rols.

* A 18h au Centre de congrès Pierre-Baudis, à l'occasion des 80 ans du CNRS