La psychiatrie ajoutée aux compétences des infirmiers «en pratique avancée»

STATUT La psychiatrie a été ajoutée au « champ d’exercice » des infirmiers « en pratique avancée », un statut crée par la loi santé de janvier 2016

20 Minutes avec agences

— 

La psychiatrie a été ajoutée au « champ d'exercice » des infirmiers en « pratique avancée » (illustration).
La psychiatrie a été ajoutée au « champ d'exercice » des infirmiers en « pratique avancée » (illustration). — SUPERSTOCK/SIPA

La spécialité avait été incluse dans le projet initial avant d’en être retirée. Le statut d’infirmier « en pratique avancée » (IPA), qui permet déjà aux soignants formés de prescrire des médicaments et examens médicaux pour certaines maladies chroniques, a été étendu à la « psychiatrie et santé mentale » par une série de textes parus ce mardi au Journal officiel.

Créé par la loi santé de janvier 2016, le métier d’IPA n’a vu le jour qu’en juillet 2018, après une négociation houleuse entre représentants des infirmiers et des médecins. Il est censé à la fois répondre à la pénurie de médecins et offrir des perspectives de carrières aux infirmiers diplômés d’Etat (IDE).

Des infirmiers aux « compétences élargies »

Ainsi, depuis l’an dernier, les IDE peuvent suivre une formation de deux ans pour se spécialiser dans trois domaines : les maladies chroniques « stabilisées » (diabète, Alzheimer…), les cancers et l’insuffisance rénale. Sous l’autorité d’un médecin, ces soignants disposent de « compétences élargies », notamment pour prescrire, renouveler ou adapter les traitements.

La psychiatrie a donc été ajoutée au « champ d’exercice » des IPA par deux décrets des ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Deux arrêtés précisent également la liste des actes et examens autorisés pour cette spécialité, ainsi que le cursus universitaire à valider pour obtenir le diplôme correspondant. Par ailleurs, les « pratiques avancées » font actuellement l’objet d’une négociation entre l’Assurance maladie et les syndicats d’infirmiers pour préciser les futures rémunérations.