Londres: Près de la moitié des staphylocoques résistent à au moins deux familles d'antibiotiques

ANTIBIORÉSISTANCE Dans les espaces publics hospitaliers, cette résistance est plus forte que dans les autres espaces publics

20 Minutes avec agences

— 

Londres, capitale de l'Angleterre. Illustration.
Londres, capitale de l'Angleterre. Illustration. — Claire Doherty/Pacific Pr/SIPA

Les bactéries londoniennes sont de plus en plus résistantes. Selon une étude publiée ce jeudi, près de la moitié des souches de staphylocoques prélevées dans des lieux publics à Londres se sont révélées résistantes à au moins deux familles d’antibiotiques.

Les chercheurs de l’université d’East London ont analysé 600 souches de staphylocoques recueillies sur des surfaces fréquemment touchées (poignées de portes, distributeurs de billets), dans des hôpitaux et des lieux publics. Résultat : 46,83 % étaient résistantes à au moins deux types d’antibiotiques.

Les bactéries plus résistantes aux vieux antibiotiques

Selon l’étude publiée dans la revue Scientific Reports, 16 % des souches étaient insensibles à quatre antibiotiques et une toute petite part, 0,71 % résistait à neuf antibiotiques sur les 11 familles testées. La proportion de bactéries résistantes était plus élevée dans les espaces publics des hôpitaux (49,5 %) que dans les autres lieux comme le métro ou les centres commerciaux (40,66 %).

Le taux de résistance des souches était très élevé pour les anciennes familles d’antibiotiques comme la pénicilline (80 %), l’acide fusidique (72 %) ou l’érythromycine (54 %). Les chercheurs ont séquencé le génome des staphylocoques pour identifier les gènes à l’origine de ces résistances. Cela pourrait à comprendre où et comment ces formes antibiorésistantes sont apparues pour la première fois.

L’antibiorésistance, un problème de santé publique

On peut être porteur de staphylocoque sans être malade, mais ces bactéries provoquent aussi des infections, notamment alimentaires, urinaires et cutanées. La plus connue est le staphylocoque doré, qui cause régulièrement des infections nosocomiales (contractées à l’hôpital).

L’antibiorésistance grandissante de certaines bactéries est un sujet d’inquiétude majeur pour les autorités sanitaires mondiales. Le traitement des infections causées par ces bactéries est de plus en plus difficile, et fait craindre un retour en arrière du traitement des maladies infectieuses.