Coupes menstruelles: Une option sûre, efficace et économique, selon une étude

REGLES Une première grande étude a conclu que les coupes menstruelles sont aussi efficaces et sûres que les tampons et les serviettes

20 Minutes avec agences

— 

Les coupes menstruelles ne sont pas plus dangereuses que les tampons.
Les coupes menstruelles ne sont pas plus dangereuses que les tampons. — Geoff Moore / Rex Featu/REX/SIPA

Les coupes menstruelles sont sûres et aussi efficaces que les serviettes et les tampons pour les femmes pendant leurs règles. C’est ce qu’indique une première grande étude scientifique sur ce sujet publiée mercredi dans la revue médicale The Lancet Public Health. Et les femmes qui en ont déjà eu recours approuvent : 70 % d’entre elles préfèrent continuer à les utiliser.

Un dispositif réutilisable et donc peu cher

L’étude compile 43 travaux précédents, portant sur 3.300 femmes. C’est la première à évaluer les coupes menstruelles, dispositif relativement peu connu par rapport aux serviettes et aux tampons. « 1,9 milliard de femmes dans le monde sont en âge d’avoir leurs règles – et passent donc en moyenne 65 jours par an à gérer leur flux de sang menstruel – et pourtant, il n’y a que peu d’études de qualité qui comparent les moyens de protection », a souligné l’une des auteurs de l’étude, Penelope Phillips-Howard, professeure à la Liverpool School of Tropical Medicine.

Fabriquées en silicone ou en latex, les coupes s’insèrent dans le vagin afin de recueillir le sang menstruel. Elles doivent être vidées toutes les quatre à douze heures. Le dispositif est peu cher. Dans certains pays, les coupes coûtent moins d’un dollar et sont 5 à 7 % plus chères qu’une boîte de 12 serviettes ou tampons. Mais sur le long terme, elles sont très économiques puisqu’elles peuvent être réutilisées et durer jusqu’à dix ans. Dans les pays les plus riches, certains modèles peuvent toutefois aller jusqu’à 40 dollars (environ 35 euros).

Une protection efficace

D’après l’étude, les coupes représentent une protection aussi efficace que les tampons et les serviettes, qui, eux, absorbent le sang. Par ailleurs, aucun risque supplémentaire d’infection n’a été mis en évidence. Cinq cas de syndrome de choc toxique menstruel ont certes été observés. Mais dans la mesure où le nombre total d’utilisatrices de coupes est inconnu, les chercheurs n’ont pu dire si le risque était plus élevé qu’avec les tampons.

Ce syndrome rare, dû au staphylocoque doré, entraîne fièvre, baisse de la tension et d’autres atteintes potentiellement graves. Pour l’éviter, les autorités sanitaires recommandent de ne pas garder trop longtemps la même protection interne, tampon ou coupe.