Garder la scène du suicide dans «13 Reasons Why» pouvait être «salutaire et faire réfléchir aux conséquences»

VOUS TEMOIGNEZ Avant le lancement de la saison 3, Netflix a changé la scène du suicide de Hannah Baker. Une décision contestée par la plupart des spectateurs

Marie-Laetitia Sibille

— 

La série « 13 Reasons Why » se penche sur ce qui a poussé la jeune Hannah Baker à mettre fin à ses jours.
La série « 13 Reasons Why » se penche sur ce qui a poussé la jeune Hannah Baker à mettre fin à ses jours. — Beth Dubber/Netflix
  • La scène du suicide de l’héroïne de la série « 13 Reasons Why » a été modifiée avant rediffusion, alors que certains spectateurs lui trouvaient une utilité préventive.
  • Cette décision de Netflix est ainsi vivement critiquée par la plupart des internautes qui ont déjà vu la saison 1. D’autres pensent que des solutions moins radicales auraient pu être trouvées.

« La scène m’a mise très mal à l’aise et m’a même donné des haut-le-cœur, mais elle a l’avantage de montrer la réalité du suicide à des personnes qui pourraient l’idéaliser. » Comme Gwen, vous avez été nombreux à réagir après la suppression de la scène originale lors de la saison 1 de 13 Reasons Why montrant l’héroïne se tranchant les veines. Diffusée depuis 2017, la série raconte l’histoire d’une lycéenne, Hannah Baker, qui décide de mettre fin à ses jours et de laisser, avant sa mort, 13 cassettes audio enregistrées pour expliquer son geste. Nous vous avions demandé de nous faire part de vos opinions au sujet de cette décision prise par Netflix, mardi dernier.

Si la plupart des spectateurs se sont sentis dérangés par les images, ils estiment que cette gêne doit être dépassée pour la bonne cause : « La scène est violente de réalité, on croit même qu’elle n’ira pas jusqu’au bout. On voit que ça fait mal de se trancher les veines. Cette scène m’a beaucoup perturbée, mais je la crois essentielle à l’histoire », souligne Sandrine.

Voir ce qu’il se passe « après » le geste fatidique

Plusieurs internautes ont ainsi montré leur désaccord avec la plateforme de streaming et mis en avant le côté préventif, qui permettrait aux jeunes de réfléchir aux conséquences de l’acte. « Je pense que voir le suicide de Hannah est salutaire pour les spectateurs. Au-delà de choquer, cette scène permet aux jeunes de voir les conséquences, de réfléchir à leur geste. La fin de la scène montre la mère de Hannah qui découvre le corps de sa fille. Ça permet de voir « après » le geste fatidique, à l’instar du livre Les Mains sales, de Jean-Paul Sartre. La morale, c’est de savoir regarder la vérité en face, plutôt que de la cacher », estime Pierre-Antoine.

Regarder la vérité en face, c’est aussi l’avis de Rachid, qui juge que Netflix a fait « une erreur » : « Parler du suicide, montrer le suicide, c’est utile à la société. D’une part parce que l’invisibilisation du phénomène mène au tabou, ensuite parce qu’en parler c'est de la prévention. La reconnaissance de l’existence de cet acte est difficile, parce qu’il est une négation de la vie, mais parfois malheureusement, certaines personnes se retrouvent dans une détresse aussi profonde que celle d’Hannah. Il faut avoir le courage de le montrer. »

Le double Roméo et Juliette, « cela n’a jamais posé de souci particulier »

Si Nicolas souligne que « la saison 1 a été créée grâce au livre de Jay Asher, qui a été une histoire vraie, donc pour la mémoire de son amie, je n’aurais pas modifié cette scène », d’autres, comme Djino, préfèrent rappeler qu’il s’agit aussi d’une fiction : « Dans Roméo et Juliette, il y a quand même un double suicide des héros à la fin et cela n’a jamais posé de souci particulier. Les spectateurs sont quand même assez lucides pour distinguer l’histoire de la vraie vie. »

Les réactions sont aussi du côté de ceux qui ont déjà été confrontés au suicide ou au harcèlement scolaire, et qui se sentent directement concernés. « Non, la vie, c’est pas tout rose. Il faut arrêter de se voiler la face. J’ai moi-même tenté de mettre fin à mes jours à l’âge de 19 ans. J’en ai 29 aujourd’hui et la scène était bouleversante de vérité », témoigne Amina.

« Pour avoir vécu ce qu’a vécu Hannah Baker, la scène était certes difficile à voir, mais importante, poignante. Elle n’incite pas au suicide, au contraire, elle montre la violence que l’on peut vivre au lycée et la souffrance, la pression que les jeunes d’aujourd’hui vivent sans réussir à s’exprimer. Je comprends la difficulté de certains (parents notamment) de regarder cette scène, mais il y a un moment, il faut un électrochoc : le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement existent », appuie Erika.

« Pas de tabou certes, mais prudence »

Pourtant, certains internautes tiennent à nuancer : « Je trouve que cette série offre déjà d’autres façons d’ouvrir au sujet du suicide et de la dépression chez les adolescents, sans pour autant tout en montrer. C’est un sujet sensible, il faut faire attention à ce qui est montré. Pas de tabou certes, mais prudence », avance Emma, bientôt diplômée en psychologie.

Pour mettre fin au débat, certains internautes avancent d’autres solutions qui auraient pu être choisies. C'est la cas de Gwen qui pense que « donner le choix au spectateur de visionner la scène ou non aurait été plus pertinent ». Pour Jordan L.B., « un encart additionnel associé à l’épisode à propos de la violence de la scène ou une étape de validation supplémentaire au moment de visionner l’épisode » auraient peut-être changé la donne. « Rien malheureusement n’empêchera désormais le public fragile de parcourir la Toile à la recherche d’une diffusion illégale de l’épisode ne contenant pas une telle censure. Cela n’est-il pas un bien pour, hélas, un plus grand mal ? »