Nager dans l’océan nous rendrait plus vulnérables face aux infections

ETUDE Une baignade de seulement dix minutes suffirait à modifier notre microbiote cutané

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un océan.
Illustration d'un océan. — PublicCo

Le microbiote cutané a pour fonction de protéger la peau et donc notre corps contre les agressions qu’ils peuvent subir. Ces colonies de bactéries permettent notamment de lutter contre les infections. Mais cet équilibre fragile pourrait être remis en cause lorsque l’on se baigne dans l'océan, selon des chercheurs qui ont présenté leurs travaux lors de la conférence annuelle de la Société américaine de microbiologie.

Selon ces scientifiques, dix minutes de nage suffiraient pour modifier ce microbiote, entraînant ensuite un risque plus élevé d’infections : otite, maladie gastro-intestinale et respiratoire ou infection cutanée.

« C’est comme si nager avait nettoyé la peau »

Ces conclusions ont été obtenues en observant les microbiotes de différentes personnes avant et après la baignade. Avant d’aller dans l’océan, les microbiotes des participants étaient différents mais, après 10 minutes dans l’eau, ils se ressemblaient davantage.

« C’est comme si nager avait nettoyé la peau des volontaires de ses bactéries pour laisser place nette et permettre l’installation de bactéries venant de l’océan », détaille Marisa Chattman Nielsen, chercheur à l’université de Californie. Les auteurs de l’étude ont aussi remarqué la présence de bactéries pathogènes sur la peau des participants après le bain. Certaines étaient encore présentes six heures après la sortie de l’eau.