Un enfant lors d'un examen chez le dentiste. (Illustration)
Un enfant lors d'un examen chez le dentiste. (Illustration) — John Ehlke/AP/SIPA

SANTE

Occitanie: L'examen dentaire gratuit, c'est désormais aussi pour les enfants de trois ans

Pour améliorer la santé bucco-dentaire des plus jeunes, la Sécurité sociale lance une campagne de prévention en Occitanie

  • Désormais, les enfants de trois ans seront aussi bénéficiaires du dispositif M’T Dents, qui permet une prise en charge totale du premier examen bucco-dentaire.
  • Dans ce cadre, d’ici quelques jours, les parents des 55.862 enfants d’Occitanie âgés de trois ans vont recevoir leur bon de prise en charge.
  • En Occitanie, 37,7 % des bénéficiaires de ce dispositif âgé de 6 à 24 ans utilisent ce dispositif.

D’ici quelques jours, les parents des 55.862 enfants d’Occitanie âgés de trois ans vont recevoir un carton d’invitation. Pas pour un anniversaire, mais pour que leurs enfants passent leur premier examen bucco-dentaire, entièrement gratuit.

Jusqu’ici, le dispositif M’T dents concernait uniquement les jeunes de 6 à 24 ans, qui tous les trois ans pouvaient aller se faire contrôler chez leur dentiste, munis de leur lettre de prise en charge.

« Après dix ans d’existence, aujourd’hui 37,7 % des personnes concernées utilisent cette invitation en Occitanie alors que c’est une prise en charge gratuite. Notre objectif est d’atteindre 50 % d’ici deux ans », explique Vincent Maginot, directeur de la Caisse primaire d’assurance maladie du Lot.

Les jeunes mères et femmes enceintes aussi visées

Aux côtés de professionnels du secteur, il a présenté la campagne de communication qui doit accompagner cette nouvelle mesure. Elle vise en particulier les femmes enceintes, qui ont aussi droit à un examen gratuit durant leur grossesse, et les jeunes mamans.

« Il faut habituer les tout-petits à avoir une hygiène buccale très tôt. La carie du biberon est un vrai fléau. Ce sont des cas que l’on retrouve plus souvent chez les populations socialement défavorisées, c’est un vrai enjeu de société », insiste le docteur Emmanuelle Soustre, chirurgien-dentiste conseil à la direction régionale du service médical Midi-Pyrénées.

Un enfant sur trois atteint par la carie du biberon

« La carie du biberon touche un enfant sur trois, alors qu’elle ne devrait plus exister. Mettre du coca dans le biberon de l’enfant pour qu’il digère ou tremper la tétine dans du miel, ce sont des choses que l’on voit. Le seul biberon que l’on peut laisser le soir c’est celui avec de l’eau », rappelle le docteur Jean-Charles Vigneau, président de l’Union française pour la santé bucco-dentaire de la Haute-Garonne qui concentre son action dans les zones d’éducation prioritaire.

D’autres idées ont encore la vie dure. Notamment celle qu’il est inutile de soigner les dents de lait puisqu’elles vont un jour tomber. Ainsi, en Occitanie, seulement 16 % des enfants de 3 à 5 ans se sont déjà assis sur le siège d’un dentiste. Avec de grandes disparités selon les départements, ce taux est ainsi de 20 % en Haute-Garonne quand il peine à atteindre les 10 % en Lozère.

Au-delà de la question financière, pour le docteur Olivier Hamel, chef du département de Santé publique de la faculté dentaire de Toulouse, « le problème est dans la représentation sociale de la chirurgie dentaire ». Pour toucher toutes les populations, y compris les plus précaires, il mobilise ses étudiants pour qu’ils s’engagent à participer aux soins envers les plus démunis.