Homéopathie: Deux syndicats de médecins «réclament le maintien du remboursement»

MEDICAMENTS En mars 2018, 124 médecins avaient publié une tribune contre l’homéopathie et d’autres « médecines alternatives »

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du rayon homéopathie d'une pharmacie.
Illustration du rayon homéopathie d'une pharmacie. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Alors que la Haute autorité de santé (HAS) doit rendre sa décision cette semaine, deux syndicats de médecins libéraux ont réclamé, ce lundi, «le maintien du remboursement» de l'homéopathie, redoutant « un "jugement" à charge ».

Mercredi, la HAS rendra sa décision après plus d’un an de polémique, déclenchée en mars 2018 par la tribune au vitriol de 124 médecins contre l'homéopathie et d'autres «médecines alternatives».

Le déremboursement pourrait « entraîner un déport de la consommation vers des médicaments plus lourds »

Pour le Syndicat des médecins libéraux (SML) et le Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMFH), il s’agit d’une « polémique haineuse, alimentée sur les réseaux sociaux par certains dont des médecins (…) pour répandre des contre-vérités et susciter l’angoisse chez les patients ». Ces deux organisations assurent que l’homéopathie « ne se substitue pas aux autres thérapeutiques », mais «constitue un complément aux thérapies conventionnelles» et « représente une vraie alternative dans certaines situations ».

Elles affirment aussi qu'« un déremboursement brutal » de l’homéopathie « risque non seulement de pénaliser les patients les plus modestes mais aussi d’entraîner un déport de la consommation vers des médicaments plus lourds présentant des risques iatrogéniques (d’origine médicale) plus élevés ».

Près de 127 millions d’euros de remboursement d’homéopathie en 2018

Les deux syndicats déplorent en outre que la HAS « n’ait pas intégré des experts ayant une vraie connaissance de l'homéopathie​ » et ajoutent qu’ils « redoutent un "jugement" à charge ». Controversée au sein du corps médical, l’homéopathie consiste à administrer au patient des substances en quantité infinitésimale, diluées à l’extrême dans de l’eau.

Certains médicaments sont remboursés à 30 % par la Sécurité sociale à la faveur d’un régime dérogatoire, leur efficacité n’ayant pas été évaluée scientifiquement jusqu’à présent. L’an dernier, le remboursement de l’homéopathie a représenté 126,8 millions d’euros sur un total d’environ 20 milliards pour l’ensemble des médicaments remboursés, selon l’Assurance maladie.