Remboursement de l’homéopathie: La Haute Autorité de santé publiera son avis le 28 juin

SOINS La Haute Autorité de santé (HAS) annoncera le 28 juin son avis définitif « sur l’intérêt de maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques », après avoir penché pour le déremboursement il y a un mois

20 Minutes avec AFP

— 

L'homéopathie.
L'homéopathie. — ALLILI MOURAD/SIPA

Les médicaments homéopathiques doivent-ils être remboursés par la Sécu ? La Haute Autorité de santé (HAS) annoncera le 28 juin son avis définitif « sur l’intérêt de maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques », un mois et demi après son « projet d’avis », qui penchait pour le déremboursement.

Le gouvernement tranchera

La commission de la transparence de l’organisme public auditionnera les trois laboratoires concernés (Boiron, Lehning et Weleda) le 12 juin pour entendre leurs arguments, a indiqué la HAS jeudi. Elle se réunira ensuite en séance plénière le 26 juin pour adopter son avis, avant de le rendre public deux jours plus tard, a détaillé la HAS.

A l’issue de la publication de l’avis, il reviendra au gouvernement de trancher sur le déremboursement ou non de l’homéopathie.

Certains soins homéopathiques remboursés à 30 %

Controversée au sein du corps médical, l’homéopathie consiste à administrer des substances en quantité infinitésimale, dans l’espoir de guérir.

Certains médicaments sont remboursés à hauteur de 30 % par l’Assurance-maladie, bien que leur efficacité n’ait pas été évaluée scientifiquement.

Dans son avis provisoire, adopté mi-mai, la HAS prônait l’arrêt du remboursement de ces produits par la Sécurité sociale, en raison d’un manque d’efficacité prouvée. Boiron avait confirmé les conclusions de ce « projet d’avis » confidentiel après des fuites dans la presse.

Agnès Buzyn s’est engagée à suivre la HAS

Les trois laboratoires, qui ont par ailleurs formulé des observations écrites, devaient être auditionnés le 5 juin, mais ils avaient demandé à la HAS de pouvoir bénéficier de plus de temps pour préparer ces auditions.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est engagée à suivre les recommandations de cette institution, qu’elle avait saisie sur la question en août 2018.

Des impacts économiques

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a pour sa part dit « reste (r) attentif aux impacts possibles pour l’entreprise » d’un éventuel déremboursement, dans un courrier à des salariés de Boiron daté du 23 mai consulté par l’AFP.

« La vraie question c’est : "est-ce que les décisions politiques vont suivre le fait scientifique ?" », s’interrogeait le 29 mai Dr Jérémy Descoux, président du collectif « FakeMed », interrogé par le magazine spécialisé What’s Up Doc.

Ce collectif a été créé par les 124 médecins, auteurs il y a un an d’une tribune au vitriol contre l’homéopathie et d’autres « médecines alternatives », qui avait relancé le débat sur la pertinence du remboursement par la Sécurité sociale du remboursement de certains produits homéopathiques.