Fluides sexuels: Phéromones de l'attraction sexuelle et parfum de l'amour, mythe ou réalité?

TOUT SEXPLIQUE (3/5) «20 Minutes» vous propose une petite plongée scientifique dans le monde mystérieux des fluides sexuels

Anissa Boumediene

— 

Les phéromones, ce ne sont pas des fluides à proprement parler, mais plutôt des volutes.
Les phéromones, ce ne sont pas des fluides à proprement parler, mais plutôt des volutes. — cmart29 / Pixabay
  • Pour balayer les idées reçues et mieux comprendre le fonctionnement du corps humain, 20 Minutes explore la nature et le rôle des fluides sexuels.
  • A quoi servent-ils ? De quoi sont-ils composés ? Quels en sont les chiffres clés et les infos les plus secrètes ?
  • Aujourd’hui, pour le troisième chapitre de notre série, on lève le voile sur les mystérieuses phéromones, parfum de l’amour ?

L’ivresse des sens. L’irrépressible attraction des corps. Le désir attisé comme la plus ardente des flammes. Et si tout cela n’était que chimie ? Le fruit de quelques molécules qui nous feraient chavirer ? Le signe de notre nature animale émoustillée par les phéromones et autres parfums de l’amour. Mais les phéromones existent-elles vraiment ? Peuvent-ils nous rendre fous d’amour ou de désir ? 20 Minutes vous offre une petite leçon de biologie.

A quoi servent-ils ?

Dans le monde animal (et même chez certains végétaux), les phéromones sont des messages biochimiques qui agissent sur des individus de la même espèce. Ils guident des comportements sociaux importants tels que la sexualité – en suscitant l’attirance ou encore la parentalité –, en faisant naître le devoir de s’occuper de sa progéniture. C’est comme cela que lions, oiseaux, mouches et autres petits lapins « matchent » et s’accouplent, dans le but précis de perpétuer l’espèce. Pas besoin de Tinder et autres applis de rencontres (oui, les animaux n’ont ni smartphone ni Tinder) pour les animaux : les phéromones assurent le job.

Chez l’homme, c’est un peu plus compliqué que ça. Ou plutôt simple, au contraire. « Les phéromones, cela n’existe pas », répond à 20 Minutes un anthropologue interrogé sur le sujet. Plus précisément, « les phéromones chez l’homme n’existent pas dans le sens où l’être humain n’est pas réceptif à ces phéromones », explique le Dr Samuel Salama, gynécologue et sexologue. Ce dispositif, « l’organe voméronasal, l’homme en est pourtant doté [il est situé à la base de la cloison nasale], mais ce vestige de l'évolution n'est quasiment plus fonctionnel : nous n’avons donc plus la capacité de percevoir et analyser ces messages biochimiques ».

De quoi sont-ils composés ?

Les phéromones, un terme qui vient de « hormone » (qui excite) et de « phéro » (qui porte), sont des substances chimiques semblables aux hormones. « Ce ne sont pas fluides à proprement parler, ce sont plutôt des volutes », précise le Dr Salama. Selon les espèces animales, les phéromones sont émises par la peau, la sueur, la salive, les sécrétions urogénitales, les urines ou les matières fécales (c’est un peu moins glam).

Quelques chiffres à connaître

S’il est une espèce qui carbure à fond aux phéromones, c’est le papillon nocturne, dont les chances de s’accoupler seraient très faibles sans émission et réception de phéromones, apprend-on grâce à l'INRA, qui a longuement étudié le sujet. Comment le parfum de l’amour opère-t-il chez ces papillons ? « En émettant un signal odorant depuis une glande abdominale, la femelle attire le sexe opposé », explique l’institut. Et les phéromones de la femelle papillon sont si puissantes qu’une quantité infinitésimale suffit à rendre fous d’amour les mâles. Ainsi, « libérée en très faibles quantités, entre 1 et 100 milliardièmes de grammes, la phéromone perçue par les mâles à plusieurs centaines de mètres à la ronde, indique l’INRA. Le signal les invite à remonter le panache odorant pour retrouver la femelle ». Et là, bon, vous avez compris ce qu'il se passe.

Le petit secret

Vous avez la main verte mais votre jardin est envahi d’insectes nuisibles ? Si nous autres, humains, ne sommes plus sensibles aux phéromones, les insectes, eux, n’ont jamais cessé de l’être. Des pièges à base de phéromones permettent ainsi de se débarasser des chenilles processionnaires, fourmis et mouches à fruits rouges qui seraient tentées de s’incruster dans votre petit coin de verdure pour y grignoter plantes, vignes et arbres fruitiers.

L’info insolite

Comme tout le monde ne sait pas encore que les phéromones, en vrai, c’est du bidon (mais maintenant vous, vous le savez), certains en ont profité pour en faire un business qui rapporte. En 2014, une célibataire new-yorkaise installée à Paris a créé les « pheromone party ». Le principe de ces grosses soirées de speed dating : chaque participant doit porter un tee-shirt trois jours consécutifs, le but étant de l’imprégner de ses fameuses phéromones, puis le ranger dans un sac hermétique. Le jour J, les candidats gagnent le droit de renifler à l’aveugle plusieurs sachets et doivent choisir celui ou celle dont l’odeur les a fait sensoriellement chavirer, avant d’aller récupérer la photo et le 06 de l’heureux élu. Une manière efficace de trouver l’amour ? Pas sûr.

Le biologiste André Holley, fait état des recherches sur les phéromones humaines