Grasse: Des sacs distribués dans les maternités pour éviter les polluants autour de bébé

CONSO Une Grassoise sensibilise les femmes enceintes et les mamans sur l’environnement des fœtus et des nouveau-nés

Mathilde Frénois

— 

Près de 10.000 sacs seront distribués, entre autres, à la maternité de Grasse.
Près de 10.000 sacs seront distribués, entre autres, à la maternité de Grasse. — Mère Nature Speaking

« Être enceinte, c’est se poser mille questions sur ce qui nous entoure. » Ludivine Ferrer sait de quoi elle parle. Grassoise, elle se soucie de l’environnement de ses deux enfants. Et de ceux des autres. Avec son entreprise Mère nature speaking, elle distribue dans les maternités des méthodes pour dépolluer le quotidien des bébés.

« En ce qui concerne les perturbateurs endocriniens, la période fœtale est la plus toxique, explique-t-elle. C’est là qu’il faut commencer à s’interroger sur ce que l’on fait et ce que l’on mange. » Pour éclaircir l’esprit des futures mamans, elle distribue un petit livret aux femmes enceintes ou en désir de grossesse. « Les mamans le reçoivent au moment de l’inscription ou de l’entretien prénatal, vers le 4e ou 5e mois de grossesse, détaille-t-elle. L’idée, c’est de revenir à des choses plus simples. Et d’être conscientes des produits qui sont toxiques ou pas. »

Vernis à ongles et sodas

Dans son collimateur, le vernis à ongles, les sodas, les plats préparés, les cuissons dans des récipients en plastique, certains cosmétiques. Mais loin de Ludivine Ferrer l’envie de tout interdire. La Grassoise propose des solutions : « Il faut réagir en fonction de ses habitudes et de son mode de vie, dit-elle. Il y a des éléments de son quotidien dont on peut se passer. » Comme alternative, elle suggère le vernis à base d’amidon de maïs ou la peinture faite à partir d’algues. Comme conseils, elle préconise l’installation d’applications pour passer les produits à la loupe.

Cette année, 2.000 sacs seront distribués à l’hôpital de Grasse, 8.000 autres dans les maternités de Draguignan, Brignoles, Aix-en-Provence, Vitrolles et Paris. Et lorsque bébé naîtra, l’effort devra continuer. Dans son sac, Ludivine Ferrer propose aussi des exemples de petits pots, de couches, de produit-vaisselle. Tous offerts par les marques qui financent la distribution du sachet. Du bio et du bon pour la planète… et pour son nouvel occupant.