Fluides sexuels: Savez-vous ce qu'est la cyprine?

TOUT SEXPLIQUE (2/5) «20 Minutes» vous propose une petite plongée scientifique dans le monde mystérieux des fluides sexuels

Anissa Boumediene

— 

Illustration d'une petite culotte.
Illustration d'une petite culotte. — Purestock/SIPA
  • Pour balayer les idées reçues et mieux comprendre le fonctionnement du corps humain, 20 Minutes explore la nature et le rôle des fluides sexuels.
  • A quoi servent-ils ? De quoi sont-ils composés ? Quels en sont les chiffres clés et les infos les plus secrètes ?
  • Aujourd'hui, pour le deuxième chapitre de notre série, on vous dit tout sur la cyprine.

La cyprine est l’équivalent féminin du liquide séminal. Pourtant, personne ou presque ne connaît son nom (pas même plusieurs gynécologues interrogés sur le sujet !). Il faut dire que beaucoup n’en parlent tout simplement pas, et que d’autres utilisent son autre nom, passé dans le langage courant et moins glam : la « mouille ». Alors que le terme de cyprine, plus poétique, vient du grec Cyprus, l'île de la déesse de l’amour, Vénus. C’est l’un des fluides sexuels exclusivement sécrétés par les femmes au moment de l’excitation sexuelle. 20 Minutes vous offre une petite leçon de biologie.

A quoi sert-elle ?

La nature étant bien faite, pas question d’envisager la rencontre des corps sans que ces derniers n’y soient préparés. « La cyprine est émise lors de l’excitation sexuelle, explique le Dr Jean-Marc Bohbot, gynécologue infectiologue à l’Institut Fournier, à Paris, et auteur de Microbiote vaginal, la révolution rose (éd. Marabout). Elle est ainsi différente de l’hydratation naturelle du vagin, et permet de lubrifier le vagin durant le rapport sexuel ».

De quoi est-elle composée ?

Cette sécrétion est liée à « un ensemble de veines qui entourent le vagin et qui, lors de l’excitation sexuelle, vont gonfler, expose le Dr Bohbot. Cela va entraîner ce qu’on appelle une "transsudation du plexus veineux". Du sérum va comme transpirer de cet ensemble veineux et ainsi lubrifier le vagin. A ce sérum vont se mêler d’autres sécrétions venues des glandes situées au niveau du col de l’utérus et de la vulve ». Un mélange de sécrétions composé « de sérum équivalent au plasma sanguin, de lipides sécrétés par les glandes vulvaires ou encore d’urée », poursuit-il. La cyprine contient également « de l’acide lactique, car elle est composée pour partie de ce que contient la flore vaginale – ou microbiote vaginal –, elle-même composée à 95 % de lactobascilles », ajoute le Dr Marie-Claude Benattar, gynécologue auteure du Petit manuel de soins intimes pour les femmes (éd. Josette Lyon).

Quelques chiffres à connaître

Pas besoin d’une grande quantité de cyprine pour assurer un rapport sexuel confortable. « La quantité produite dépend de chaque femme et de chaque rapport sexuel, mais on l’évalue entre 1 et 4 millilitres par rapport sexuel », indique le Dr Jean-Marc Bohbot.

Le petit secret

« Une chose est sûre : la cyprine est le reflet de l’excitation sexuelle de la femme, insiste le Dr Bohbot. C’est pourquoi les préliminaires ont une place importante dans le rapport charnel : ils apportent du plaisir à la femme et permettent in fine aux deux partenaires d’atteindre un plus grand plaisir ».

L’info insolite

Une petite soif ? Des Polonais ont lancé « The order of Yoni », la toute première bière au monde élaborée à base de cyprine, prélevée sur deux mannequins du pays. Un breuvage à boire avec modération et commercialisé en France par une start-up lilloise.