Lille: Le centre hospitalier expérimente un masque de relaxation pour lutter contre la douleur

HOPITAL Afin de réduire la sensation de douleur et d’anxiété, le service de radiologie du centre hospitalier de Lille teste l’utilisation d’un masque de relaxation connecté

Gilles Durand

— 

Philippe Puech, chef de service de radiologie, présente le masque Hypno Pro, au CHRU de Lille.
Philippe Puech, chef de service de radiologie, présente le masque Hypno Pro, au CHRU de Lille. — G. Durand / 20 Minutes
  • Un masque connecté pour la gestion du stress est expérimenté lors des opérations de biopsie au centre hospitalier de Lille.
  • L'expérimentation va concerner 172 patients volontaires et durer un ou deux ans.
  • Ce masque doit permettre de rassurer et relaxer les patients, mais en aucun cas, ne doit se substituer à une anesthésie.

C’est un masque de relaxation connecté comme il peut s’en vendre dans le commerce. Le centre hospitalier (CHRU) de Lille a décidé de l’utiliser dans un dispositif paramédical pour atténuer la douleur et gérer le stress lors de certaines opérations, notamment les biopsies. Un protocole de recherche va être mis en place à partir du mois de mai pour évaluer scientifiquement les effets de ce masque baptisé Hypnos Pro.

« L’expérimentation doit montrer l’efficacité ou non du masque sur la douleur et l’anxiété ressenties par les patients. Car souvent, un acte non douloureux peut être anxiogène et lorsqu’on est malade, le ressenti est beaucoup plus fort », explique Philippe Puech, chef de service radiologie au CHRU de Lille.

Rassurer et relaxer les patients

Ce masque – qui vous raconte aussi une histoire via un casque – est donc chargé de rassurer et relaxer les patients, mais en aucun cas, ne doit se substituer à une anesthésie, même locale. « Il s’agit de mieux vivre son passage à l’hôpital en gommant certaines angoisses ou appréhensions », précise Brigitte Cortes, manipulatrice en radiologie et porteuse de ce projet de recherche paramédical.

Comment ça marche ? Le masque ne diffuse pas d’images, mais il est équipé de diodes lumineuses qui créent une atmosphère, les yeux fermés. Parfois, une voix raconte une histoire. Parfois, ce sont des bruits et des musiques qui enveloppent les sens. Un mécanisme sensoriel sur les paupières permet de ressentir la sensation 3D.

Un patient utilise le masque de relaxation pour une biopsie.
Un patient utilise le masque de relaxation pour une biopsie. - Alain Vanderhaegen / CHU de Lille

C’est lors des biopsies de la prostate et rénales que l’étude sur le ressenti de la douleur va être menée pendant environ un an ou deux sur 172 patients volontaires*, grâce au renfort financier de la Fondation Apicil contre la douleur. Si le résultat est positif, ce dispositif pourra être exporté à l’ensemble du plateau médico-technique du centre hospitalier.

Des actes médicaux qui font peur

« Les biopsies sont des actes médicaux qui font peur, ne serait-ce que par la taille et le bruit que fait le matériel, reconnaît Philippe Puech. Il s’agit de prélever des échantillons sur les organes. Or, le patient doit être détendu pour permettre un geste médical de qualité. »

*Les bénéficiaires sont des hommes de 50 à 75 ans pris en charge dans le cadre d’une suspicion de cancer de la prostate. Environ 400 patients se retrouvent dans cette situation, chaque année, au CHRU de Lille.