Additif E171: Bruno Le Maire enfin convaincu qu'il faut interdire le dioxyde de titane

ACTION Le ministre de l'Economie et des Finances attendait les résultats d'une enquête scientifique pour se prononcer

20 Minutes avec agence

— 

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, le 8 janvier 2019 à Paris.
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, le 8 janvier 2019 à Paris. — SIPA

Bruno le Maire va prochainement faire interdire l’E171 (ou dioxyde de titane), un additif alimentaire utilisé dans certains plats cuisinés, chewing-gums, bonbons ou sauces. Selon plusieurs études, ce colorant pourrait avoir des effets cancérigènes.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) sur l’E171 a récemment publié un rapport à ce sujet. C’est précisément cette étude qui aurait convaincu Bruno Le Maire, qui ne souhaitait initialement pas bannir l’additif, révèle Europe 1.

Un additif présent dans de nombreux produits

Le rapport de l'Anses, que le ministre attendait avant de prendre une décision, ne désavoue pas les conclusions des travaux précédents qui mettent ne garde contre l’E171. Cela dit, de nombreux acteurs de l’agroalimentaire n’ont pas attendu le gouvernement pour s’en passer.

Aujourd’hui, l’enjeu est surtout dans les chewing-gums, les produits importés et « des éléments de décoration pour pâtisserie ou pour les chocolats », précise Magali Ringot, membre de l’association Agir pour l’environnement. L’additif se trouve également dans des dentifrices et certains cosmétiques, mais aussi dans l’enrobage de milliers de médicaments, dont des traitements courants comme le Spasfon ou le Doliprane.