Votre enfant veut arrêter la viande : « Avoir un ado végétarien n’est ni un drame, ni une corvée »

INTERVIEW Certains adolescents, sensibles à la cause environnementale et animale, décident de devenir végétariens. Un changement que les parents doivent apprendre à gérer, comme l'explique Katia Raffarin dans un ouvrage qui sort ce jeudi 

Propos recueillis par Anissa Boumediene

— 

Soucieux de l'environnement et du bien-être animal, des adolescents font le choix de devenir végétariens.
Soucieux de l'environnement et du bien-être animal, des adolescents font le choix de devenir végétariens. — PureStock/SIPA
  • Entre la protection de la planète et des animaux, de plus en plus d’adolescents décident de bannir viande et poisson de leur assiette.
  • Une décision qui peut surprendre et inquiéter les parents, qui craignent que ce nouveau régime ne soit une source de carences alimentaires pour leur ado en pleine croissance.
  • Dans son ouvrage Au secours ! Mon ado est végétarien (éd. First), paru ce jeudi, Katia Raffarin, elle aussi maman d’un ado végétarien, rassure et accompagne les parents qui traversent la même aventure.

Ils sont chaque vendredi toujours plus nombreux à rejoindre Greta Thunberg, l’adolescente suédoise qui sèche les cours tous les vendredis pour manifester en faveur du climat. Une impulsion qui a réveillé l’esprit militant et protecteur de la nature chez des millions d’adolescents européens qui, comme elle, battent le pavé chaque semaine pour pousser les dirigeants à mettre en place une politique plus verte pour l’environnement.

Forcément, une telle démarche éveille les consciences. Mais une fois de retour à la maison, nombre d’adolescents se demandent ce qu’ils pourraient bien faire pour améliorer le sort de la planète et des formes de vie qu’elle abrite. Entre deux vidéos montrant des catastrophes écologiques ou l’envers du décor d’abattoirs peu respectueux du bien-être animal, certains décident d’exprimer leurs convictions à travers le contenu de leur assiette. Finis la viande et le poisson : désormais, ils seront végétariens !

Au grand dam de leurs parents, qui craignent souvent que ce nouveau régime alimentaire ne génère de carence chez leurs ados en pleine croissance. « Pas de panique, tout peut très bien se passer », rassure Katia Raffarin, maman d’un adolescent végétarien et auteure de Au secours! Mon ado est végétarien * (éd. First), à paraître ce jeudi.

Quelle a été votre première réaction quand votre ado vous a annoncé sa décision d’arrêter la viande ? Et que diriez-vous aux parents paniqués ?

A 15 ans, mon fils Théo a décidé de devenir végétarien pour de bon. Lui qui adore les animaux ne se sentait pas cohérent avec ses convictions en mangeant de la viande et du poisson après avoir vu les images filmées par L214 dans les abattoirs. Il a fait son cheminement et a pris sa décision. Ça m’a fait tout drôle, et pour être honnête, j’ai craint que ce soit une corvée au quotidien. Mais il avait vraiment réfléchi à la question et exposé ses arguments, alors je l’ai accepté et l’ai accompagné dans son choix. D’abord en l’écoutant avec bienveillance, parce qu’interdire quelque chose à son enfant sans justification valable est inefficace. Beaucoup de parents paniquent, mais souvenez-vous de l’adolescent passionné que vous avez été un jour, il ne faut pas briser les rêves et les idéaux de nos ados ! Puis j’ai veillé à ce que son alimentation végétarienne réponde à tous ses besoins nutritionnels d’ado en pleine croissance. C’est pour cela que j’ai écrit ce livre. Parce qu’un ado végé, ce n’est ni un drame, ni une corvée !

Certains parents peuvent se sentir complètement désarçonnés et pris de court quand leur ado leur annonce qu’il devient végétarien, surtout quand on est une famille grande consommatrice de viande. C’est le cas d’une amie et de son mari qui se définissent comme des « viandards » : leur fille a arrêté de manger de la viande en cachette parce qu’elle redoutait la réaction de ses parents. Cette idée a paniqué la mère, qui se demandait ce qu’elle allait bien pouvoir cuisiner sans protéines animales. Ça bouleversait son logiciel.

Et c’est une décision qui peut bouleverser les gens au-delà de ce que l’on imagine. A l’annonce de Théo, je l’ai emmené voir un médecin pour faire une prise de sang et vérifier qu’il n’avait pas de carences. Et en découvrant qu’il devenait végétarien, il lui a dit : « Ton père va être déçu ». Pourquoi cette remarque ? C’est comme si manger de la viande était un marqueur de masculinité, et que ne plus en manger vous diminuait.

Un ado peut-il passer au végétarisme du jour au lendemain sans mettre en péril sa santé ? Conseillez-vous de consulter un nutritionniste ?

C’est justement la question que je me suis posée quand Théo s’est décidé. J’étais persuadée qu’il ne pouvait pas arrêter de manger de la viande du jour au lendemain sans développer de carences alimentaires, alors que pas du tout ! Si on est habitué à composer ses menus autour de la portion de protéines animales, on peut au besoin consulter un nutritionniste qui aidera à composer des menus équilibrés.

Mais ce n’est pas compliqué, il suffit de remplacer la viande par autre chose. A votre ado de comprendre que pour qu’il se porte bien, il va falloir mettre le paquet sur les légumes, les céréales et les légumineuses pour lui assurer un bon équilibre nutritionnel et un apport suffisant en protéines végétales.

Est-ce qu’un ado qui devient végétarien inspire le reste de la famille ? Et comment fait-on si certains membres de la famille continuent à manger de la viande ?

Cela peut arriver. Après Théo, je suis moi aussi devenue végétarienne, et mon mari, qui adorait la viande, a lui aussi fini par devenir végétarien, parce qu’il se sentait mieux, dans son corps et dans sa tête. On communique mieux avec mon fils, et il s’est mis à la cuisine, ça l’autonomise.

Mais si le végétarisme n’est pas votre truc, il ne faut pas se forcer. On peut très bien continuer à cuisiner et manger de la viande et du poisson, et faire cuire des légumineuses et des féculents pour compléter l’assiette de son ado. Ça tombe bien, généralement ils adorent les pâtes. Sinon, il reste aussi les œufs et le fromage. Végé, ce n’est pas végan non plus, ça laisse plus de choix.

En pratique, est-ce contraignant de faire les courses pour des repas végétariens ? Et si l’on mange à l’extérieur ?

Si une période de transition vers le végétarisme n’est pas nécessaire sur le plan de la santé, elle peut permettre à la famille de prendre ses marques et de changer ses habitudes. On peut au départ supprimer la viande rouge, puis composer des menus végétariens trois jours par semaine. Et si on n’est pas un fin cuisinier, il ne faut pas se mettre la pression : les préparations de type steaks et boulettes végétales peuvent vous sauver la mise dans les premiers temps. La junk food existe aussi en version végé ! Mais on adopte vite de nouvelles manières de cuisiner, on mange mieux, parce qu’on apprend à manger différemment et plus équilibré.

En revanche, il faut apprendre à décrypter les étiquettes au supermarché, pour éviter la poudre d’os de poulet dans les chips ou encore la gélatine porcine ou bovine dans les bonbons.

En général, la famille et les amis comprennent et préparent une alternative, sinon, manger les accompagnements suffira, quitte à remanger un morceau une fois rentré à la maison. Si c’est une fois de temps en temps, ce n’est pas grave. Sinon, que ce soit pour fêter les anniversaires ou lorsqu’on est en vacances, on part à la découverte des restaurants végétariens. On découvre de nouveaux plats, de nouvelles recettes et c’est aussi une source d’inspiration au quotidien.

Au secours ! Mon ado est végétarien. Guide pratique à l’usage de parents bienveillants, de Katia Raffarin, First Editions, en librairie le 11 avril, 12, 95 euros.