Homéopathie: Les acteurs du secteur ripostent et lancent une campagne contre le déremboursement

MEDECINE Depuis ce mercredi, 18 acteurs de la filière homéopathique se mobilisent pour maintenir le remboursement par la Sécurité sociale 

20 Minutes avec agence

— 

Les acteurs du secteur de l'homéopathie se mobilisent. (Illustration)
Les acteurs du secteur de l'homéopathie se mobilisent. (Illustration) — Mychele Daniau AFP/Archives

Alors que les discussions concernant le possible non-remboursement de l’homéopathie se poursuivent, 18 acteurs de cette filière ont décidé de se mobiliser depuis ce mercredi. Ainsi, ils ont lancé un site internet baptisé MonHomeoMonChoix.fr avec une pétition en ligne. Un numéro SMS (32 321) a également été mis en place pour ceux qui souhaitent afficher leur soutien à cette action en envoyant le mot « homéo ». Enfin, des affiches sont distribuées dans le milieu médical, rapporte Le Parisien. L’objectif de cette campagne est de montrer que de nombreux Français souhaitent le maintien du remboursement de l’homéopathie par la Sécurité sociale.

L’Académie se prononce contre le remboursement

Parmi les acteurs mobilisés figurent trois fabricants d’homéopathie, des sociétés savantes, des organisations professionnelles et des associations de patients. L’un de leurs slogans ? « Et si on respectait le choix des Français ? »

Cependant, la bataille s’annonce dure puisque l’Académie de médecine vient de se prononcer contre le remboursement de ces petites billes « tant que la démonstration d’un service médical rendu suffisant n’aura pas été apportée ». D’ici au mois de juin, c’est la Haute autorité de santé (HAS) qui devra trancher ce sujet du maintien ou non du rebroussement de l’homéopathie.

« Nous ne sommes pas des charlatans »

« Des médicaments homéopathiques nous en délivrons au quotidien et nous ne sommes pas des charlatans pour autant ! Aujourd’hui, c’est le seul produit avec une parfaite innocuité. Il n’y a pas d’effets secondaires avec l’homéopathie (…). Aller contre l’opinion publique, sans raison légitime, serait dommage », a précisé au quotidien francilien Philippe Besset, le nouveau président de la fédération des pharmaciens d’officine.

« Non, ce n’est pas sans risque. Il existe aussi un lien important entre sa pratique et la défiance face aux vaccins, notamment celui de la rougeole », nuance de son côté Jérémy Descoux, le président du Collectif FakeMed. Reste désormais à savoir si cette nouvelle campagne portera ses fruits ou non.