Dentifrice, gels douche... Pourquoi les produits d'hygiène sont soupçonnés de favoriser la résistance des bactéries aux antibiotiques

ÉTUDE La faute au Triclosan, un antibactérien très puissant ajouté par les industriels dans la plupart de nos produits d’hygiène

20 Minutes avec agence

— 

Le Triclosan est présent dans la plupart des dentifrices industriels (illustration).
Le Triclosan est présent dans la plupart des dentifrices industriels (illustration). — Pixabay

On en trouve dans la plupart des dentifrices, les bains de bouche, les gels douche, les cosmétiques, et même dans certains jouets pour bébé. Le Triclosan, un puissant agent antibactérien, est largement utilisé par les industriels dans les produits d’hygiène et de beauté.

Dans les années 1970, il était utilisé comme agent anti-infectieux dans les gels désinfectants utilisés par les chirurgiens. Au fil des années, son usage s’est progressivement étendu aux produits d’hygiène destinés au grand public, un phénomène qui inquiète les autorités sanitaires depuis plusieurs années, rappelle Pourquoi Docteur.

Un agent soupçonné de favoriser l’antibiorésistance

Une étude de l’Université Washington de Saint-Louis, récemment publiée dans la revue Antimicrobial Agents & Chemotherapy, pointe les dangers de cette substance : le Triclosan contribuerait à aggraver la résistance des bactéries aux antibiotiques. Plus grave encore, cette résistance concernerait également les bactéries responsables de troubles courants, comme les infections urinaires ou les affections respiratoires.

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont cherché à mesurer à quel point cette substance limitait la capacité de l’organisme à répondre à un traitement antibiotique. Dans un premier temps, ils ont donc traité avec des antibiotiques des cellules bactériennes exposées au Triclosan. Verdict : ils ont constaté que de nombreuses cellules survivaient au traitement.

« Le système immunitaire est dépassé »

« Normalement, une cellule sur un million survit aux antibiotiques, et un système immunitaire en bon état peut la contrôler, analyse le professeur Petra Levin. Mais le Triclosan a modifié ce nombre de cellules. Au lieu d’une bactérie survivante sur un million, un organisme sur dix survit après 20 heures. Maintenant, le système immunitaire est dépassé ». Une seconde expérience, réalisée sur des souris, a abouti aux mêmes résultats : les souris malades traitées au Triclosan n’étaient pas réceptives au traitement antibiotique.

D’autres recherches devront être menées avant de pouvoir affirmer de manière définitive que le Triclosan interfère avec les traitements antibiotiques. Mais les chercheurs américains espèrent que ces premiers résultats serviront d’avertissement, afin de « repenser l’importance des antimicrobiens » dans les produits de grande consommation.